Jean-François Copé propose une rencontre à François Fillon

le
0
JEAN-FRANÇOIS COPÉ PROPOSE UNE RENCONTRE À FRANÇOIS FILLON
JEAN-FRANÇOIS COPÉ PROPOSE UNE RENCONTRE À FRANÇOIS FILLON

PARIS (Reuters) - François Fillon a accepté jeudi de rencontrer Jean-François Copé pour tenter de sortir de l'impasse à l'UMP à une condition : la présence d'Alain Juppé, auquel il a demandé d'assurer une direction collégiale à la tête du parti d'opposition.

Les rivaux, qui revendiquent chacun la victoire dans l'élection pour la présidence de l'UMP même si l'ancien Premier ministre a renoncé au poste, campent sur leurs positions, menaçant de plonger le parti dans une crise sans issue.

L'ancien ministre Xavier Bertrand, qui fut secrétaire général de l'UMP de janvier 2009 à novembre 2010 avant Jean-François Copé, s'est posé en médiateur jeudi, proposant de rencontrer Jean-François Copé puis François Fillon pour sauver une UMP qui "n'a jamais été autant en danger".

"Ce n'est pas facile, mais je cherche toutes les solutions pour en sortir", a-t-il dit à des journalistes à son arrivée au siège du parti.

Jean-François Copé, dont François Fillon menace de contester la victoire en justice, a contre-attaqué jeudi matin en accusant sur Europe 1 l'équipe de l'ancien Premier ministre d'"opérations massives, délibérées, préméditées de fraude" en Nouvelle-Calédonie, l'un des départements d'outre-mer au coeur du litige.

Il a précisé qu'il allait produire "dans les heures qui viennent les éléments qui mettront fin à toute polémique".

"Le comportement de François Fillon, c'est l'histoire d'un mauvais perdant qui vient donner des leçons de morale sans se les appliquer à lui-même", a lâché le député-maire de Meaux.

François Fillon, qui revendique la victoire avec 26 voix d'avance après l'omission de 1.304 suffrages outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Mayotte), a annoncé mercredi soir sur TF1 qu'il renonçait à la présidence de l'UMP mais qu'il saisirait les tribunaux si Jean-François Copé refusait l'instauration d'une direction collégiale sous l'égide d'Alain Juppé, président fondateur de l'UMP.

Jean-François Copé rejette cette proposition et a assuré n'avoir "aucun problème" avec un éventuel recours judiciaire.

COPÉ ET FILLON "CRAMÉS" ?

L'ancien Premier ministre, a-t-il poursuivi, "sait pertinemment qu'il y a eu des fraudes. Ces fraudes n'ont pas empêché que je sois élu".

Eric Ciotti, directeur de campagne de François Fillon, a jugé "pour le moins étrange" sur i>TÉLÉ "le changement d'argumentation" du camp Copé. "Je note que c'est un nouvel argument", a-t-il dit à propos de la Nouvelle-Calédonie. "Personne n'en a jamais parlé, personne n'en a jamais été saisi".

François Fillon et son équipe demandent la publication des résultats fédération par fédération.

Dans un message transmis jeudi aux militants, le député de Paris affirme ne demander "qu'une chose : que l'on publie les résultats complets, fédération par fédération, afin que chacun puisse constater que ce sont des résultats partiels qui ont été proclamés lundi soir".

"Je ne quitterai pas l'UMP qui est ma famille, et dont une majorité de militants m'a accordé sa confiance dimanche dernier. Je suis déterminé : comment peut-on accepter que le fonctionnement de l'UMP soit entaché d'une irrégularité aussi grave?", écrit-il.

Jean-François Copé a de nouveau téléphoné jeudi matin à François Fillon pour lui proposer de discuter en tête-à-tête de la situation, a-t-on appris auprès de leurs entourages respectifs.

L'ancien Premier ministre a accepté l'invitation, mais à condition qu'Alain Juppé, président fondateur de l'UMP, soit présent, a indiqué son entourage.

"Il faut absolument que les deux protagonistes de cette lamentable affaire se voient et qu'ils trouvent les moyens d'en sortir pour qu'il y ait un président légitime, incontesté, parce que le décompte des voix aura été parfaitement clair et transparent", a estimé sur RTL l'ancien ministre Claude Guéant.

Le député "juppéiste" Benoist Apparu a jugé sur France Inter que les rivaux étaient "cramés".

"L'un comme l'autre ne sont plus en état de diriger cette formation politique", a-t-il dit.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant