Jean-François Copé et la malédiction du pain au chocolat

le , mis à jour à 07:32
3
Jean-François Copé et la malédiction du pain au chocolat
Jean-François Copé et la malédiction du pain au chocolat

« Je n'en ai aucune idée. » Jean-François Copé a littéralement séché hier. La question d'un auditeur d'Europe 1 n'avait pourtant rien d'un piège insurmontable : combien coûte un pain au chocolat ? « Ça doit être aux alentours de 10 ou 15 centimes d'euros peut-être », a fini par répondre le candidat à la primaire de la droite, pas très sûr de lui. Et pour cause, puisque le prix oscille plutôt entre 80 centimes et 1,30 € selon les boulangeries. De quoi alimenter le débat sur les politiques coupés des réalités.

 

La question faisait bien entendu référence à la fameuse polémique de 2012. En pleine campagne pour la présidence de l'UMP, Copé avait évoqué lors d'un meeting le cas d'un jeune qui se serait « fait arracher son pain au chocolat par des voyous ». Une référence qu'il traîne depuis comme le sparadrap du capitaine Haddock. Et ce n'est pas la boulette d'hier qui va arranger les choses. Très vite, le député et maire de Meaux (Seine-et-Marne) a été la cible de critiques et de moqueries sur les réseaux sociaux. « C'est Bygmalion qui lui a fait le devis », a raillé un twittos. « Quand tu apprends que Copé estime qu'un pain au chocolat coûte entre 10 et 15 centimes, puis que tu réalises qu'il a été ministre du Budget », a renchéri un autre.

 

Cet impair n'est pas sans rappeler celui qu'avait commis Nathalie Kosciusko-Morizet pendant la présidentielle de 2012, quand elle avait estimé le prix du ticket de métro à... 4 €.

 

Mais Copé assume, et tente de rebondir avec humour. « J'avoue être très soucieux de ma ligne. Donc, pour dire vrai, j'ai arrêté les chocolatines depuis longtemps », a-t-il posté quelques heures plus tard, photo de fruits et légumes à l'appui. En privé, il s'agace pourtant du tollé suscité par cette belle erreur. « Je ne connais pas le prix d'un pain au chocolat et j'assume. Mais je n'ai aucune leçon de morale à recevoir, je suis un homme bien ancré dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1968213 il y a un mois

    tous les mêmes , ces gens là ont leur propre réalité , qui ne correspond aucunement à la notre , ils n'ont donc aucune légitimité pour nous imposer leurs vues.

  • lecoy81 il y a un mois

    Rien de plus normal, ces gens là se font servir par des "sans dents".

  • goldora8 il y a un mois

    C'est normal car nous disons à Toulouse "chocolatine" ....