Jean-François Copé espère être sauvé par un adoubement sarkozyste

le
3
JEAN-FRANÇOIS COPÉ ESPÈRE ÊTRE SAUVÉ PAR UN ADOUBEMENT SARKOZYSTE
JEAN-FRANÇOIS COPÉ ESPÈRE ÊTRE SAUVÉ PAR UN ADOUBEMENT SARKOZYSTE

PARIS (Reuters) - Jean-François Copé, qui calque sa campagne pour la présidence de l'UMP sur les slogans déclinés au printemps dernier par Nicolas Sarkozy, voit sa stratégie mise en échec par les ralliements de proches de l'ancien président à son adversaire François Fillon.

Claude Guéant, ancien secrétaire général de l'Elysée et ex-ministre de l'Intérieur, a annoncé mercredi soir à Arras, dans son département natal du Pas-de-Calais, son soutien à l'ancien Premier ministre, avec lequel les relations avait pourtant été tendues au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Même s'il reste attaché à la perspective d'un retour de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant a expliqué que François Fillon, "plus rassembleur", était à même de faire gagner la droite à l'élection présidentielle de 2017.

Le coup est rude pour Jean-François Copé, encore amer du "lâchage" de l'ancien ministre de l'Economie François Baroin.

Dans l'entourage du secrétaire général de l'UMP, on feint l'indifférence. "Puisque la logique de cette campagne, c'est que tout le monde aille chez François Fillon..", ironise-t-on. "Ça ne fait pas bouger les militants, nous on continue."

Distancé dans les sondages -réalisés auprès des "sympathisants" UMP, non des militants-, Jean-François Copé a adopté la tactique "droitière" de Nicolas Sarkozy de l'entre-deux-tours de la présidentielle avec l'espoir de capter les suffrages des militants "purs et durs" lors du scrutin interne des 18 et 25 novembre.

"Les militants sont massivement sarkozystes, c'est plus que de la nostalgie, mais pour le militant de base, il n'y a pas de fracture idéologique entre les deux concurrents", note toutefois un proche de l'ancien président.

CHOIX CORNÉLIEN POUR HORTEFEUX

François Fillon, qui prend garde de ne pas renvoyer l'image de "droite molle" que voudrait lui accoler l'adversaire, n'a pas pris publiquement position sur les propos controversés de Jean-François Copé sur le ramadan. Et Claude Guéant a salué ses propositions sur l'immigration détaillées dans sa profession de foi.

Avec Eric Ciotti et Christian Estrosi déjà à ses côtés, le député de Paris tient au final la caution sarkozyste que revendiquait Jean-François Copé, héraut d'une "droite décomplexée".

Le député-maire de Meaux veut renverser la vapeur en gagnant les faveurs de Brice Hortefeux, "l'ombre portée" de Nicolas Sarkozy, qui s'exprimera "dans les jours qui viennent".

"Il y a quelques petits signaux, on connaît quasiment le jour", avance un proche de Jean-François Copé.

L'ancien ministre de l'Intérieur -lié d'amitié avec Jean-François Copé et loyal à François Fillon avec lequel il a apprécié collaborer- observe une stricte neutralité depuis le début de la campagne même s'il réfléchit à un geste en direction du secrétaire général de l'UMP.

Le député européen craint notamment qu'un soutien déclaré ne passe pour un blanc-seing de Nicolas Sarkozy, qui s'est assigné pour règle de ne pas interférer dans la campagne et de ne faire aucun commentaire à ce sujet.

"Je ne pense pas qu'il va prendre parti", affirme un ami de l'ancien président.

Dans cette campagne où les coups médiatiques l'emportent sur le fond, la remise, annoncée lundi, par Nicolas Sarkozy de l'Ordre national du mérite au directeur de cabinet de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux, est un de ces autres signes que les copéistes attendent comme un baume réparateur.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • msglyon le jeudi 11 oct 2012 à 16:14

    suite du message suivant : le ment(o)eur qui lui sert de ... Dieu : http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/05/06/97006-20120506FILWWW00241-sarkozy-plus-jamais-candidat.php

  • msglyon le jeudi 11 oct 2012 à 16:11

    Copé ,c'est pas la grâce de Dieu, c'est plutôt la Grèce de l'euro! un bateau ivre qui dérive avant de sombrer dans les abimes de la politique spectacle... Qui va le regretter, ce mammouth préhistorique dernier représentant défenseur de la politique "à la sarkozy" comme disent les anglais, de cette politique du bling bling, de l'apparence, de la phrase marketée,mais surtout... de l'inefficacité patente. Adieu Mr Copé. Puisse votre carrière s’arrêter net, plus nettement que votre ment(o)eur

  • M3101717 le jeudi 11 oct 2012 à 15:35

    Comme Bernadette SOUBIROU, il pourrait être touché par la Gràce de Dieu ?