Jean-François Copé : «A droite, il y a une crise de leadership»

le
8
Jean-François Copé : «A droite, il y a une crise de leadership»
Jean-François Copé : «A droite, il y a une crise de leadership»

Le mal-aimé de la droite tient aujourd'hui dans sa ville de Meaux son meeting de lancement de campagne.

Vous tenez votre premier meeting aujourd'hui. Quel est votre message ?

JEAN-FRANÇOIS COPÉ. C'est simple : on ne recule plus ! Notre pays doit cesser de décrocher ! Je rêve de faire pour la France ce que j'ai fait pour Meaux. Meaux, c'est une petite France, et j'ai obtenu des vrais résultats. Ma deuxième motivation est inspirée par mes dix-huit mois de traversée de notre pays. J'ai rencontré des Français qui n'ont cessé de me dire que la France n'est plus dirigée. Il faut remettre le pays en ordre de marche.

Mais à droite, tous les candidats disent cela...

Non. Pour moi, il y a trois droites dans cette primaire. Celle qui a toujours reculé, obsédée à l'idée de séduire ceux qui n'ont pas voté pour elle, sensible au dernier sondage et qui finit par ne pas faire ce pourquoi elle avait été élue et finalement est battue. Comme ce fut le cas en 2012. Il y a la droite populiste, une droite Donald Trump, qui fait croire qu'il suffit, par exemple, de réduire le nombre de députés pour régler les problèmes de la France. Et la droite décomplexée, que je défends. Une droite fière de ce qu'elle est et qui, contrairement à ce qu'on a pu dire, n'est pas excessive ni extrémiste.

Cette droite décomplexée, c'est aussi celle de Sarkozy et Wauquiez, non ?

Non, je ne crois pas. Je ne veux pas citer de nom. Il y a trois droites, chacun y retrouvera ses petits.

Pourquoi seriez-vous plus crédible que les autres ?

J'ai une autre particularité que mes concurrents n'ont pas : c'est que je n'ai pas été membre du gouvernement pendant le quinquennat 2007-2012, ce qui me donne un certain recul. On ne peut pas mettre sur le même plan des gens qui ont dirigé la France et d'autres qui ne l'ont pas dirigée.

Mais il y a tout de même beaucoup de similitudes dans les projets...

Moi, j'arrive avec un projet très détaillé et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie il y a 9 mois

    Il y a surtout une pratique politique détestable qui personnalise l'exercice du pouvoir. Le problème à résoudre est de faire comprendre que c'est une équipe soudée dont la France a besoin pour faire accepter les 3 à 5 ans de soupe à la grimace que nous impose la situation financière calamiteuse du pays :déficits partout, fiscalité confiscatoire, dettes monstrueuses, caisses vides; Sans argent il n' y a pas de politique possible

  • bearnhar il y a 9 mois

    Il déclare qu'il y aurait trois droites ? Il en oublie une : celle qui devrait etre en taule ou au minimum exclue A VIE y compris de la fonction publique. Mais bien sur, de cela personne ne parle, PS, LR, et meme FN, remarquable unanimité pour ne jamais se remettre en question, que l'impunité dure encore 1000 ans.

  • frk987 il y a 9 mois

    Suite : car nous....nous en somme convaincus que des K de cet acabit doivent débarrasser l'horizon politicard !!!!!

  • M3121282 il y a 9 mois

    je ne suis pas certain qu'il en soit convaincu, car nous ....

  • frk987 il y a 9 mois

    Je ne sais ce qu'il a inventé, mais il avait bâti des châteaux en Espagne sur son extraordinaire charisme inexistant, ce genre de mecs ça coure les rues au PS, à l'UMP....de simples arrivistes sans classe, des nuls qui essayent de se trouver un CDI (c'est ça un zélu, un simple CDI dans notre république NON démocratique).

  • jeffin il y a 9 mois

    en somme, il invente le centre de la droite..

  • M3121282 il y a 9 mois

    avec ses gros sabots, on le croit

  • frk987 il y a 9 mois

    C'est bien sa première parole intelligente et qu'il commence par lui même en ne se présentant pas, il espère quoi 2%....