Jean-Claude Mailly : "On n'inversera le chômage qu'en réorientant la politique économique"

le
1
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière. Capture d'écran.
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière. Capture d'écran.

Insuffisances du gouvernement et tour de passe-passe de politiciens pour régler la crise du chômage... Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, n'a pas hésité a donner son point de vue sur les dossiers qui secouent l'actualité. C'était vendredi matin, en direct de Territoires d'infos, sur Public Sénat et Sud Radio, présenté par Cyril Viguier, avec la presse quotidienne régionale.

« Les systèmes de protection sociale seront-ils assez financés si le gouvernement se plie aux requêtes du patronat d'alléger le coût du travail et de diminuer les cotisations ? » Jean-Claude Mailly se le demande, tout comme il se demande aujourd'hui ce qu'est « la gauche » en France et en Europe. Si le projet de François Hollande de former 500 000 chômeurs paraît « utile », il pourrait aussi s'avérer être un tour de passe-passe sans véritable impact sur le chômage.

Selon le syndicaliste, il est regrettable que François Hollande n'ait « pas été capable de donner un coup de pouce au smic au lendemain du second tour des régionales. » Sans transformer radicalement la vie des smicards, cela « redonnerait un peu d'espoir ».

De l'espoir, Jean-Claude Mailly pourrait en avoir trouvé lundi dernier, lorsque Manuel Valls lui a fait comprendre que le contrat agile, ou « fragile » comme l'appelle le syndicaliste, est en phase de rester « dans les cartons du patronat. Et ce n'est pas plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 15 jan 2016 à 18:31

    Le plus important et le plus urgent pour lutter contre le chômage c'est de supprimer les syndicats NON représentatifs qui sont un véritable handicap à l'économie.