Jean-Christophe Cambadélis : «Je veux une équipe de combat»

le
8
Jean-Christophe Cambadélis : «Je veux une équipe de combat»
Jean-Christophe Cambadélis : «Je veux une équipe de combat»

JUSQU'AU BOUT, Jean Christophe Cambadélis aura tenu à préserver les apparences : le député de Paris ne s'est toujours pas installé dans le bureau de premier secrétaire au siège du PS rue de Solferino (Paris VII e). Et hier, il a pris soin de participer au pot de départ de Harlem Désir, son ancien rival. Car ce n'est que ce soir que « Camba » deviendra premier secrétaire par intérim à l'issue d'un vote à bulletins secrets au conseil national, le Parlement du parti.

Le temps presse. « Il faut que ça se passe vite fait bien fait et qu'à la sortie ça présente bien », explique un membre de la direction. Les jeux sont faits. Désigné par François Hollande et Manuel Valls, Cambadélis aura face à lui Emmanuel Maurel, de l'aile gauche du PS, et éventuellement -- la décision était en cours d'examen hier soir -- un troisième candidat proche de Benoît Hamon. Hier, chaque écurie battait le rappel des troupes pour permettre à Cambadélis d'être confortablement élu. « A plus de 60 % ça aurait de la gueule », expliquent les pronostiqueurs du PS. Un minimum, quand Harlem Désir fut, lui, élu par les militants avec plus de 70 % des suffrages en octobre 2012. Les manoeuvres d'appareil s'intensifient jusqu'à faire fuir le Premier ministre lui-même : Manuel Valls, contrairement à ce qui était annoncé, ne sera pas présent pour le sacre de Cambadélis. Prudence. « Il attend que tout soit bien stabilisé... », glisse un proche.

«Des têtes vont tomber»

Ce soir, le nouveau premier secrétaire va donc présenter sa « feuille de route » qui tient en une formule, les « 3R ». D'abord « Renouveau » : fini la direction à 80 membres. « Je veux une équipe resserrée, une direction de combat », glisse Cambadélis. En clair, 30 secrétaires nationaux chargés d'une thématique mais aussi d'un territoire. « Des têtes vont tomber », assure un proche de « Camba ». Hier, David Assouline a jeté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2683479 le mardi 15 avr 2014 à 13:26

    Affaire AgPoursuivi pour recel d'abus de biens sociaux dans l'affaire Agos – – car il a bénéficié d'un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 lui ayant rapporté plus de 442 000 francs (environ 67 382 euros), Jean-Christophe Cambadélis est mis en examen en novembre 19963,4. Il est condamné en janvier 2000 à cinq mois de prison avec sursis et 100 000 francs (environ 15 244 euros) d'amende par le tribunal correctionnel de

  • M2683479 le mardi 15 avr 2014 à 13:23

    Affaire de la MNEfLe 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d'abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Cette peine n'est assortie de période d'inégibilité10.

  • M3866838 le mardi 15 avr 2014 à 12:01

    Une sauce PS qui va vraisemblablement tourner au vinaigre.

  • LeRaleur le mardi 15 avr 2014 à 11:57

    Ouais, et dans quelques mois ce sera un combattu.

  • dotcom1 le mardi 15 avr 2014 à 11:48

    Pour brasser du vent au PS, rien de tel qu'une équipe de combat d'hélices!

  • frk987 le mardi 15 avr 2014 à 11:34

    Le combat contre les casiers judiciaires peut-être ??????????

  • Berg690 le mardi 15 avr 2014 à 11:33

    combattre les moulins à vent, ça c'est un programme!

  • M940878 le mardi 15 avr 2014 à 11:29

    de plus en plus drôles ces socialopes