Jean-Bernard Lévy succède à Luc Vigneron à la tête de Thales

le
0
JEAN-BERNARD LÉVY SUCCÈDE À LUC VIGNERON À LA TÊTE DE THALES
JEAN-BERNARD LÉVY SUCCÈDE À LUC VIGNERON À LA TÊTE DE THALES

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Thales a confirmé jeudi la nomination avec effet immédiat de Jean-Bernard Lévy, l'ex-président du directoire de Vivendi, au poste de PDG du groupe pour succéder à Luc Vigneron, qui était contesté en interne et avait perdu le soutien de ses principaux actionnaires.

Ce changement de direction interviendra deux jours après l'annonce de la succession de Charles Edelstenne, qui cédera en janvier son fauteuil de PDG de Dassault Aviation à Eric Trappier, le directeur général international du constructeur de l'avion de combat Rafale et des jets Falcon.

"Luc Vigneron (...), après avoir constaté l'absence de soutien de ses deux principaux actionnaires, a présenté sa démission aux administrateurs de la société lors de la réunion du conseil d'administration du 20 décembre 2012, et ces derniers l'ont acceptée", précise le groupe dans un communiqué.

Charles Edelstenne, PDG de Dassault Aviation, premier actionnaire industriel de Thales avec 26% du capital, avait déjà annoncé mercredi la nomination de Jean-Bernard Lévy, à la suite d'un accord conclu avec l'Etat qui détient 27% du groupe.

Jean-Bernard Lévy avait quitté en juin avec fracas la direction du géant des télécoms et des divertissements Vivendi, sur fond de désaccord avec le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou, après dix ans passés à la tête du conglomérat.

Patrice Caine, actuel responsable de la division systèmes, sera un des "hommes clés" dans la direction de Thales, a précisé un porte-parole de l'équipementier d'aéronautique et de défense, ajoutant que la dénomination précise de sa fonction serait déterminée dans les semaines à venir.

"Ils sont complémentaires", a précise ce porte-parole.

Plusieurs médias présentent Patrice Caine comme le "sherpa" de Jean-Bernard Lévy, qui a peu d'expérience dans le secteur de la défense.

Pascale Sourisse et Reynald Seznec, qui ont pris la tête des deux zones géographiques de Thales à la suite du remaniement de la direction en juillet, étaient pressentis pour succéder à Luc Vigneron.

Mais l'Etat qui soutenait la première et Dassault Aviation qui préférait le second ont fini par leur préférer le candidat externe: Jean-Bernard Lévy.

DES JEUX VIDÉO AUX ÉQUIPEMENTS MILITAIRES

Polytechnicien, ingénieur télécoms, Jean-Bernard Lévy, 57 ans, a toujours été attiré par le secteur de la défense. Il a notamment fait ses armes dans l'ancien groupe diversifié Matra, présent entre autres dans les secteurs de l'aéronautique, de l'aérospatiale et des télécommunications qu'il va retrouver en prenant les commandes de Thales.

A la tête de Vivendi, il a notamment mené l'intégration de Neuf Cegetel dans SFR, l'acquisition de l'opérateur télécoms brésilien GVT et la création d'Activision Blizzard, numéro un mondial des jeux vidéo.

Nommé en mai 2009 au moment où la rentabilité de Thales était au plus bas, Luc Vigneron a dû passer de lourdes provisions liées à des contrats non performants, comme celui de l'avion de transport militaire A400M et l'avion militaire turc Meltem.

Venu de Nexter, l'ex-Giat Industries, le fabricant des chars Leclerc, Luc Vigneron a entamé le nettoyage du portefeuille d'actifs de Thales, cédant notamment la plus grande partie de ses services informatiques à GFI Informatique.

Il a également mis en place le plan d'économies Probasis, destiné à économiser 1,3 milliard d'euros d'ici 2014, destiné améliorer la rentabilité du groupe.

Thales vise ainsi une légère amélioration de sa marge opérationnelle courante à 6% en 2012 contre 5,7% en 2011 et 1,2% en 2009.

Mais depuis le début de son mandat qui n'expirait qu'en 2014, Luc Vigneron, 58 ans, a subi plusieurs vagues d'attaques sur sa gestion du groupe.

Il a également mécontenté les syndicats lors d'un remaniement de la direction en juillet en nommant Patrick Fournié, le directeur des opérations, au poste de directeur des ressources humaines.

Après la sortie fin octobre d'une information des Echos sur un accord entre l'Etat et Dassault Aviation pour lui trouver un successeur, Luc Vigneron s'était montré philosophe.

"La fonction de PDG est une fonction par essence exposée et dont la durée est entre les mains des actionnaires par définition. Ce n'est absolument pas spécifique à ma personne", avait-il fait remarquer.

L'Association du personnel actionnaire de Thales (Apat) a salué dans un communiqué la nomination de Jean-Bernard Lévy, tout faisant part d'"exigences nouvelles": "La nécessité d'une stratégie claire et partagée (et) un dialogue régulier entre le management et tous les actionnaires, quel que soit le niveau de leur investissement."

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant