Jean-Bernard Lévy : « L'équation financière d'EDF est difficile »

le
1
Le siège d'EDF à la Défense. / AFP / KENZO TRIBOUILLARD
Le siège d'EDF à la Défense. / AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Le PDG d’EDF prévient que l’effondrement des prix sur le marché de l’électricité prive son groupe des moyens d’investir pour moderniser et renouveler son outil industriel.

Dans un entretien au Monde, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, prévient que l’effondrement des prix sur le marché de l’électricité prive son groupe des moyens d’investir pour moderniser et renouveler son outil industriel.

EDF est-il « au bord de la rupture », notamment en raison de la difficulté à financer ses investissements, comme le disent certains syndicats ?

Restons sereins ! Notre performance opérationnelle a été très bonne en 2015, avec un Ebitda à 17,6 milliards d’euros (+ 3,9%) supérieur à l’objectif. Elle restera très solide en 2016. Sur la production nucléaire, nous obtenons la meilleure performance en France depuis quatre ans, et au Royaume Uni depuis dix ans. Et pour la première fois depuis très longtemps, les charges d’exploitation ont baissé (- 1,4% en 2015). Nous poursuivons cet effort pour réaliser au total 1 milliard d’économies entre 2014 et 2018, ce qui compensera en partie la forte chute des prix sur le marché de l’électricité. Mais la question du maintien des capacités à moyen terme d’endettement et d’investissement du groupe se pose en effet dans un contexte qui cumule baisse violente des prix sur notre principal marché, le marché de gros, (- 30% en un an), endettement déjà conséquent et nécessité d’investissements importants. C’est une situation exceptionnelle et inattendue.

Quel est la principale difficulté d’EDF aujourd’hui ?

Notre marché, comme celui du pétrole ou des matières premières, se caractérise - et apparemment pour plusieurs années - par un...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 11 mois

    JPi Sous Chirac, sous Sarkozy, sous Hollande ils ont réussi à tuer la poule aux œufs polis tiques.