" Je veux que cette saison soit très longue "

le
0
" Je veux que cette saison soit très longue "
" Je veux que cette saison soit très longue "

Blessé au genou en début de saison, Benoît Costil a mis le bleu de chauffe pour revenir au top le plus vite possible. Désireux d'emmener le Stade rennais le plus haut possible, il a également l'Euro dans un coin de la tête. Une compétition pour laquelle il prend son possible statut de gardien numéro 3 des Bleus particulièrement à cœur.

Salut Benoît. Alors, comment va le genou ? Nickel. On a beaucoup bossé dessus depuis le premier jour où je me suis blessé. Tout s'est bien passé, j'ai rejoué en amical avec la réserve au bout de 7 semaines et avec l'équipe première contre Paris au bout de 8. C'était un pari pas simple qui a été réalisé. Pendant 15 jours/3 semaines, j'ai eu des douleurs, cela ne s'est vraiment estompé que quand je suis retourné en sélection lors du dernier rassemblement. Aujourd'hui, je joue sans douleur, sans gêne, sans strap... ce n'est plus qu'un mauvais souvenir.

Quand on est blessé et qu'on ne peut pas s'entraîner avec le reste du groupe, c'est quoi le plus dur à gérer ? Les entraînements ne m'ont pas manqué, car je m'entraînais toujours, mais différemment. Ce qui m'a manqué, c'est la compétition, l'adrénaline des matchs. Suivre les matchs, j'aurais presque préféré ne pas le faire, mais je me devais de les regarder pour qu'après, dans la semaine, quand les mecs ou le coach parlaient du match, je sois connecté. Mais durant les semaines, je me mettais dans ma bulle, je ne pensais qu'à moi, qu'à mon genou. Je faisais du 8h30-19h30 tous les jours. J'avais des objectifs liés à la rééducation, ce n'est pas comme si je n'avais rien à faire, au contraire. Il y avait beaucoup de taf.

Quand un joueur a eu une blessure sérieuse, il y a toujours la question du retour au meilleur niveau. Toi, tu te sens encore plus fort ou il y a une appréhension ? J'ai eu une désinsertion du latéral interne, mais je n'ai pas eu une rupture des croisés ou une jambe cassée, donc je ne considère pas que j'ai eu une grave blessure. Une blessure importante oui, qui peut être chiante, mais tout s'est bien passé par la suite. Et puis je suis d'une nature à récupérer vite aussi. Pendant la rééducation, mon objectif était de revenir performant d'entrée, ne pas avoir besoin d'adaptation. Je suis revenu déterminé, même si j'ai fini l'année fatigué, avec un contre-coup de tous les efforts fournis pour revenir. Mais depuis la reprise, je vois que j'ai plus de calme, plus de tête, donc je suis content.

Tu t'étais blessé avec l'équipe de France, des joueurs ont pris des nouvelles de toi entre le rassemblement où tu t'es blessé et le dernier où tu es revenu ? Pas vraiment, à part…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant