"Je suis un chercheur d'équilibre"

le
0
"Je suis un chercheur d'équilibre"
"Je suis un chercheur d'équilibre"

Après une courte carrière de gardien, Franck Raviot s'est très rapidement reconverti en entraîneur des gardiens à l'INF Clairefontaine. Aujourd'hui en charge des portiers de l'équipe de France A, le discret adjoint de Didier Deschamps a accepté de sortir de l'ombre pour évoquer son parcours atypique et sa relation avec les gardiens tricolores.

Vous disiez dans l'une de vos rares interviews être un homme de l'ombre. C'est toujours le cas ?
Oui, je préfère l'ombre à la lumière. Je fais en sorte de donner le meilleur de moi-même pour amener ceux que j'accompagne à la lumière, à la performance. Lorsque vous êtes entraîneur adjoint ou que vous avez une mission dans un staff en tant qu'assistant, il faut savoir rester à sa place.

Comment avez-vous appréhendé au fil de votre carrière ce poste de doublure de gardien de but ?
Le poste de gardien de but est assez unique, il n'y en a pas beaucoup dans une équipe, donc il faut accepter la concurrence, la hiérarchie, le statut de n°2. C'est un pan de ma carrière, un pan de ma vie, j'en garde de très bons souvenirs, je n'en suis aucunement amer, aigri ou frustré.

« Claude Dusseau est un homme qui représente énormément à mes yeux, de par son exemplarité, sa rigueur professionnelle et c'est vrai que cette rencontre va changer ma façon de voir les choses quant à mon avenir. »

C'est une expérience qui vous sert aujourd'hui vis-à-vis des n°2 et 3 de l'équipe de France ?
Oui, lorsque vous avez un vécu, ça vous donne forcément un crédit, et puis, ce que vous avez pu vivre et parcourir comme chemin, ça vous permet de faire passer des messages, d'illustrer et de renforcer vos propos. Donc inévitablement, cette expérience de vie doit me permettre de sensibiliser les garçons que j'accompagne tout au long de leur carrière.

À 25 ans, vous vous retrouvez sans club et obligé de participer au stage de l'UNFP. Comment vit-on ce genre de situations quand on est si jeune dans le métier ?
Lorsque vous êtes étiqueté "doublure", que vous aspirez à autre chose, vous vous rendez compte que le club ne vous propose rien de nouveau, vous souhaitez donnez une autre orientation à votre carrière. Mais lorsque les opportunités ne sont pas nombreuses, forcément vous repoussez les propositions, et à un moment donné, vous vous retrouvez à attendre, à attendre, à attendre... L'UNFP, qui est remarquable dans l'accompagnement des joueurs, propose ces stages qui vous permettent de rester en activité, de…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant