« Je suis très bon dans le money time »

le
0
« Je suis très bon dans le money time »
« Je suis très bon dans le money time »

Blessé au genou gauche à l'US Open et éloigné des courts pendant plus d'un mois, Jo-Wilfried Tsonga retrouve le sourire en fin de saison. Le n° 2 français est aujourd'hui en finale du tournoi de Vienne face à l'ogre Andy Murray après avoir sorti Karlovic en demies (5-7, 7-5, 7-6 [8-6]).

 

Depuis 2008, année de sa victoire à Paris-Bercy, qui débute demain, le Manceau a toujours remporté au moins un tournoi par an. Remplira-t-il son contrat alors que sa saison gâchée par les blessures ne lui a permis de ne disputer jusqu'ici que 14 tournois ?

 

Quel regard portez-vous sur le Tsonga de 2008 ?

Jo-Wilfried Tsonga. (Il sourit.) Oh ! il était jeune, plein d'énergie. Après, si je regarde les vidéos, je me dis que j'ai quand même beaucoup progressé en revers. C'était mon plus gros chantier. Techniquement, j'ai tout changé. En coup droit, je suis capable de faire la différence de n'importe où et, le matériel aidant, je suis plus puissant.

 

Si vous le rencontriez aujourd'hui, que lui diriez-vous ?

C'est plutôt lui qui aurait une question à me poser. Il me dirait : « Ça va mieux, le physique ? » Je lui répondrais : « Ben non, toujours pareil... » J'ai toujours dû faire avec. En 2008, quand je gagne Bercy, je ne pensais même pas jouer le premier tour. J'arrive, Wino (NDLR : Eric Winogradsky, son coach de l'époque) me dit : « Ecoute, c'est le dernier tournoi de la saison, tu viens de gagner Bangkok mais tu viens de te faire opérer du genou et tu vois qu'il n'en fait qu'à sa tête. Joue tranquille sans t'occuper de ton niveau. » J'ai joué le premier tour avec un genou comme ça (il mime un ballon). Et puis, il a dégonflé jusqu'à la finale...

 

Etiez-vous plus frustré par votre physique il y a huit ans ?

Ah non, je le suis plus aujourd'hui. Même avec le temps, je n'ai pas appris à devenir fataliste. Pour rester au plus haut niveau, il faut progresser. Il n'y a pas le choix. Un joueur du top 10 qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant