"Je suis sûr que le père Hamel a pardonné"

le
2
Le père Auguste Moanda-Phuati devant l'église Saint-Étienne à Saint-Étienne-du-Rouvray.
Le père Auguste Moanda-Phuati devant l'église Saint-Étienne à Saint-Étienne-du-Rouvray.

Auguste Moanda est prêtre à Saint-Étienne-du-Rouvray. Le 26 juillet, il aurait pu être à la place du père Jacques Hamel... si ce dernier n'avait pas décidé de prendre ses vacances en août. Lorsque le père Auguste a appris la nouvelle, il était chez un ami en région parisienne. Nous l'avons rencontré.LePoint.fr : Avez-vous pardonné ?

Auguste Moanda : Je n'ai pas eu de problème à pardonner. Ce n'était pas la première fois que Daech frappait et la grande proximité de l'événement ne m'a pas fait varier sur ce point. Pour moi, les premiers responsables, ce ne sont pas ces enfants, ce sont ceux qui les instrumentalisent et les poussent vers la mort. Parmi les fidèles, certains ont mis plus de temps que d'autres, mais beaucoup, dès le début, ont pardonné. Nous avons eu du temps pour en parler et le vendredi qui a suivi l'assassinat du père Hamel, nous sommes allés prier chez nos frères musulmans.

Comment vivre après un événement de ce genre ?

Sa mort a bouleversé ma vie et rien ne sera plus comme avant. J'ai été totalement bouleversé, mais je n'ai ressenti la peur à aucun moment, même lorsque j'ai pris conscience que ça aurait pu être moi. Je me dis qu'il y a là un message que je dois comprendre. Jaques Hamel n'avait jamais voulu arrêter de travailler, il est mort avec sa tenue de travail. Son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair il y a 11 mois

    Ils sont tres forts pour faire parler les morts

  • 28351485 il y a 11 mois

    Faut demander cela aux vers qui le bouffent !!!