Je suis le FC Ankaraspor, unique club turc d'Amsterdam

le
0
Je suis le FC Ankaraspor, unique club turc d'Amsterdam
Je suis le FC Ankaraspor, unique club turc d'Amsterdam

Troisième communauté des Pays-Bas, les Turks-Nederlander font désormais partie intégrante du pays. Au point d'avoir des clubs de football à part entière. Rencontre avec le seul club turc d'Amsterdam, où il est avant tout question d'ouverture, de multiculturalisme et de derby face au club surinamais du coin.

Dimanche 6 septembre, début d'après-midi frais au Parc des sports de Middenmeer, dans l'Est d'Amsterdam, à quelques centaines de mètres de l'ancien stade De Meer de l'Ajax Amsterdam. Sur le terrain en synthétique, l'équipe du Real Sranang, l'un des nombreux clubs de la communauté surinamaise de la capitale néerlandaise, affronte une formation dont le maillot ressemble à s'y méprendre à celui de l'Atlético Madrid. Mais la comparaison s'arrête là avec l'équipe de Diego Simeone : supérieure physiquement et techniquement, le Real Sranang régale les quelques supporters, amassés en petits groupes ci et là. Un essaim de spectateurs jure avec le reste des mecs derrière les coursives, avec leurs accolades en guise de bonjour et leurs petits mots échangés en turc. Leur dress code, survêtements bleu et blanc, trahit la raison de leur présence. Il s'agit des joueurs du FC Ankaraspor, le seul club " turc " de la ville d'Amsterdam, venu affronter l'autre équipe dominicale du Real Sranang pour la reprise en Vierde Klasse, le sixième échelon du football néerlandais. Hayati Kulaksiz, président du FC Ankaraspor, est également là, venu observer la première prestation de la saison 2015-2016 de ses joueurs. Cet homme, né il y a quarante-six ans en Turquie, mais immigré aux Pays-Bas depuis trente ans maintenant, employé à la centrale d'achat d'Albert Heijn (le Monoprix local) de Zandaam, a " fondé le club en 2003 avec quelques amis " avec un but simple : "On voulait avant tout réunir la communauté turque autour du foot. Au départ, le club était composé de 70% de joueurs venant de Turquie, et l'équipe première exclusivement turque, mais maintenant, on en est à 50% de Turcs sur l'ensemble du club. On voulait créer un club multiculturel, c'était important pour nous. Le FC Ankarspor, c'est pour tout le monde. "

Hayati Kulaksiz (au centre) et ses groupies

" Turc à la maison, mais néerlandais une fois la porte passée "


Quinze ans plus tard, le FC Ankaraspor possède onze équipes affiliées à la KNVB, la Fédération néerlandaise. Son joueur…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant