« Je suis le couteau suisse de mon équipe »

le , mis à jour à 06:12
0
« Je suis le couteau suisse de mon équipe »
« Je suis le couteau suisse de mon équipe »

« C'est un monument du rugby français. » Après la défaite de son équipe face à Clermont (49-33), Emile N'tamack, l'un des entraîneurs bordelais, saluait à sa façon l'implication fracassante et étonnante d'Aurélien Rougerie. Le totem du rugby auvergnat (73 sélections, 30e saison au club) a, il est vrai, fait une entrée remarquée... en 3e ligne !

 

Déjà privé de Chouly et Lee blessés, Clermont avait perdu dans la première demi-heure deux autres éléments avec Bardy (épaule) et Cancoriet (genou). Dès lors, la carcasse du Grand Blond s'est imposée d'elle-même parmi les gros. « Là, quand j'ai vu les pépins s'accumuler, j'ai compris que j'allais rentrer à ce poste », avoue Rougerie, devenu ces dernières années une référence au centre après dix ans à briller sur les ailes. « Je suis le couteau suisse de mon équipe », s'amuse-t-il.

 

Un premier ballon gratté au sol, des prises de balle impeccables dans les airs (« J'ai joué au basket quand j'étais gamin »), des charges qui font avancer son équipe : Rougerie a bluffé son monde. Mais pas Morgan Parra, le demi de mêlée de l'ASM : « Moi, je ne suis pas surpris. Il pue le rugby, c'est tout. Il est complet. Il a l'intelligence tactique, il comprend le jeu. A part n° 9 ou pilier, il pourrait réussir et s'imposer à n'importe quel poste. »

 

Une première expérience dans la mêlée en 2003... à la coupe du monde

 

Pourtant, jouer devant, c'est autre chose. Mais le trois-quarts a fait le job avec brio. « J'ai fait de mon mieux », dit modestement l'intéressé, qui avait déjà dépanné en troisième ligne. Il s'en souvient dans un grand éclat de rire. « La première fois, c'était en quarts de finale de Coupe du monde 2003 en Australie, contre l'Irlande. Et oui, ça date ! J'avais demandé à Olivier Magne quelques conseils sur la première mêlée. Il m'avait dit : Ta gueule, et pousse ! »

 

Inusable, performant, Rougerie devait en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant