"Je revendique le droit d'être juventino à Rome"

le
0
"Je revendique le droit d'être juventino à Rome"
"Je revendique le droit d'être juventino à Rome"

Avocat, écrivain et chroniqueur, Massimo Zampini est surtout un supporter juventino né à Rome. Auteur de plusieurs livres dont "Er Go' de Turone" et "Er Go' de Osvaldo", il nous raconte cette rivalité si particulière.

Vous êtes né dans une ville où il y a une voire deux grandes équipes à supporter, et pourtant... Je supporte la Juve pour des raisons familiales, toute ma famille est bianconera et ma mère tenait particulièrement à ce qu'on supporte tous la même équipe. C'est une question légitime qu'on me pose souvent, mais en théorie vous pouvez choisir l'équipe que vous voulez. Surtout qu'à six ans, c'est un choix plus lié à la famille. A cet âge-là, l'attachement à la ville est sûrement le dernier des motifs pour supporter une équipe.
Avant de parler football, Juve-Roma c'est surtout un duel politique. C'est vrai que ce sont deux mondes différents. D'un côté la Juve avec le Milan et l'Inter, leurs nombreux tifosi et leurs propriétaires importants et charismatiques qui ont de l'influence sur le monde du foot. De l'autre à Rome, on y trouve les bureaux de la fédération, de la justice sportive, mais aussi la RAI qui est remplie de Romanisti, on ne peut pas dire que la Roma ne soit pas une équipe protégée...
On dit que tout est parti du but refusé de Turone en 1981, mais la rivalité existait déjà avant ? Oui, mais c'était différent, par exemple, en 1973, la Juve remporte le titre devant la Lazio à la dernière journée en battant justement la Roma. La légende veut que cette dernière se soit un peu laissé faire afin que la Lazio ne soit pas sacrée On ne peut pas dire que les tifosi romanisti étaient déçus que la Juve gagne le Scudetto. Tout a changé lorsque la Roma est devenu vraiment compétitive dans les années 80, au point de jouer régulièrement le titre. Puis il y a le fameux but refusé de Turone pour un hors-jeu millimétré ou pas et qui est encore rappelé 30 ans plus tard comme si c'était symptomatique d'un quelconque complot, alors que la Juve a joué toute la seconde mi-temps à 10 pour une expulsion de Furino. Evidemment on ne raconte qu'une partie, mais bon c'est à partir de là que les Romanisti ont commencé à penser que s‘ils gagnaient peu et la Juve beaucoup, c'était dû aux Agnelli, aux arbitres etc
"Er Go' de Turone " est aussi le titre de votre premier livre qui est en partie autobiographique. C'était aussi mon pseudonyme sur les forums où j'ai commencé à me faire connaitre, mais ce n'est que du...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant