"Je préfère regarder un Lorient-Rennes qu'un Manchester-Liverpool"

le
0
"Je préfère regarder un Lorient-Rennes qu'un Manchester-Liverpool"
"Je préfère regarder un Lorient-Rennes qu'un Manchester-Liverpool"

En marge du festival Coachella, et en attendant un concert à Las Vegas, le producteur français Anthony Gonzalez, alias M83, l'auteur de l'imparable Midnight City, ne pouvait visiblement pas s'empêcher de faire une pause football. Parce que c'est un fidèle lecteur de So Foot, mais aussi parce que sa passion pour l'OGC Nice finit toujours par reprendre le dessus.

Il paraît que tu joues régulièrement au foot à Los Angeles ? Oui, je suis avant-centre et je joue surtout en salle. J'ai deux-trois petits clubs où je peux m'entraîner la semaine ou le week-end et ça suffit amplement à mon bonheur. Bon, j'avoue avoir un peu de mal ces derniers temps à me remettre de ma rupture du tendon d'Achille d'il y a deux ans, j'ai l'impression de voir la fin apparaître à seulement 35 ans, mais je m'en sors encore. (Rires)

Tu as toujours joué au foot ? Pour tout te dire, le foot est vraiment ancré dans ma famille. Mon père a joué en amateur à Antibes, ma ville natale, et un peu à Cannes, tandis que mon grand-père a participé à la Coupe du monde 1966 en Angleterre avec l'équipe de France. Il a également joué pour Bordeaux, Monaco et l'OM. Du coup, je me suis très vite retrouvé inscrit dans un club, vers cinq ou six ans. Je jouais en DH avec Antibes, donc je pouvais profiter des primes de match, et j'ai même fait quelques essais à l'AS Cannes. Ils m'avaient proposé d'intégrer leur centre de formation, mais j'étais trop jeune et un pépin au genou à quatorze ans m'a mis un coup d'arrêt. C'est à ce moment-là que j'ai découvert la guitare, et le foot est devenu un loisir. C'est peut-être bête, mais la musique me paraissait être une voie beaucoup moins aléatoire et compétitive que le foot. En plus, le côté vestiaire m'a très vite saoulé. Les blagues de cul, ça va cinq minutes, hein…

Tu gardes quoi comme souvenir de toute cette période ? Les stages à Bordeaux et les matchs dans le stade Pierre-Lescure avec mon grand-père où on allait voir Tigana et Giresse dans les vestiaires. Ce sont de sacrées expériences quand tu es gamin.

Et aujourd'hui, ce n'est pas trop dur de suivre la L1 en vivant à Los Angeles ? Disons que beIN m'aide beaucoup. Tous les week-ends, lorsque je ne suis pas en tournée, je peux ainsi passer mes journées à regarder la L1 ou les matchs espagnols. beIN n'a pas la Premier League, mais ça ne me dérange pas. C'est un championnat très spectaculaire, mais il m'intéresse moins tactiquement. Honnêtement, je préfère regarder un Lorient-Rennes qu'un Manchester-Liverpool.

Tu sais qu'ils sont rares, les gens…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant