«Je préfère qu'on discrimine» : des associations dénoncent les propos de Vidalies

le , mis à jour à 18:21
6
«Je préfère qu'on discrimine» : des associations dénoncent les propos de Vidalies
«Je préfère qu'on discrimine» : des associations dénoncent les propos de Vidalies

Alain Vidalies a eu beau expliquer et se justifier, il n'en a pas fini avec la polémique entourant sa petite phrase. Alors que la question de la sécurité dans les trains est remise sur la table après l'attaque déjouée du Thalys Amsterdam-Paris, le secrétaire d'Etat aux Transports avait estimé, sur Europe 1 lundi matin : «Chaque fois qu'on parle de fouilles aléatoires, quelqu'un dit ça risque d'être discriminatoire. Moi je préfère qu'on discrimine effectivement pour être efficaces plutôt que de rester spectateurs.»

A gauche, le tollé est immédiat et de nombreuses voix s'élèvent pour s'indigner de ses propos. 24 heures plus tard, la malheureuse formule continue de provoquer des remous. Côté associations, cette fois. Ce mardi, c'est ainsi à «Stop le contrôle au faciès», un collectif qui rassemble plusieurs associations dont AC Le Feu, les Indivisibles et Fontenay Citoyens, et au Mrap de monter au créneau.

«Le contrôle au faciès est inefficace d'abord sur le coup, puisque le nombre de prises (...) est infime, mais aussi sur le long terme, car l'acte discriminatoire crée une suspicion permanente entre policiers et population qui nuit aux enquêtes de fond», souligne «Stop le contrôle au faciès», qui rappelle dans un communiqué que pendant sa campagne présidentielle le candidat François Hollande avait promis dans son engagement n°30 de lutter contre le «délit de faciès» dans les contrôles d'identité «par une procédure respectueuse des citoyens».

Le Cran veut poursuivre Vidalies en justice

«Personne ne peut contester la nécessité de mesures fortes contre les risques d'attentat. Mais en proposant que ces fouilles puissent être discriminatoires, il laisse entendre qu'il existerait bien un délit de sale gueule terroriste», dénonce pour sa part le Mrap. «Ce délit de sale gueule mine gravement le principe d'égalité de notre République», ajoute l'association antiraciste, qui souligne que cela ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le mercredi 26 aout 2015 à 09:44

    L'état fait déjà de la discrimination de masse en interdisant au restaurateur de village de mettre un panneau indiquant son établissement mais pas s'il est dans une grande ville

  • M4484897 le mercredi 26 aout 2015 à 09:42

    Que des assos d'allocataires et de vendeurs de pétards

  • M1531771 le mardi 25 aout 2015 à 19:18

    Cette discrimination supposée ne dérange que ceux qui ont des choses à se reprocher !

  • jpoche le mardi 25 aout 2015 à 18:56

    c'est vrai que quand un musulman décapite quelqu'un il ne fait pas de discrimination (!). Discrimination ou pas il y a de plus en plus d'attentats et de spectateurs au gouvernement.

  • M5441845 le mardi 25 aout 2015 à 18:35

    Pourtant quand on regarde les photos mise sur Facebook par les terroristes responsables d' attentats en France ces dernières années on retrouve de nombreux points commun qui auraient pu (du) mettre en garde................

  • M7166371 le mardi 25 aout 2015 à 18:22

    il y a des gens qui vivent sur la lune !