"Je ne veux pas que des parents pensent que notre club est un coupe-gorge"

le
0
"Je ne veux pas que des parents pensent que notre club est un coupe-gorge"
"Je ne veux pas que des parents pensent que notre club est un coupe-gorge"

Lundi 30 mars, Maurice Doineau, président du CS Cellois Football, club de DH, se fait braquer par un jeune homme de 16 ans alors qu'il est en pleins préparatifs d'un futur tournoi. Il raconte cet événement qui aurait pu mal finir. Entre film d'action, football et happy end.

Pouvez-vous me raconter ce qu'il s'est passé ce fameux lundi 30 mars ? Tous les lundis, on fait l'état du matériel, des maillots, etc. On était trois, la secrétaire, le gars de l'intendance, Christian et moi. Un moment, Christian était parti fumer une clope et là, on entend un bruit. J'étais avec la secrétaire dans le bureau, on discutait des prochains tournois qu'on allait faire. On a entendu un pétard, vu que le collègue était dehors, je me disais : "Tiens, il y a des gamins qui jouent avec des pétards dehors". La porte s'ouvre, je me disais que c'était le collègue qui voulait rentrer. Pour rigoler, je lui ai bloqué la porte et là il me répond : "Putain, fais pas le con, il y a un mec qui me braque !" Je pensais qu'il rigolait. J'ouvre la porte, je me retrouve nez à nez avec un type cagoulé avec un pétard. Il me pousse à l'intérieur et il me dit : "Recule enfoiré !" Il tire une bastos en l'air et ensuite il me dit : "Tu vas m'ouvrir le coffre". Bon, on a un mini-coffre pour y mettre des chèques en attente, un peu de cash, histoire de pas laisser traîner ça sur le bureau. Le mec tire une deuxième bastos en l'air et veut que je lui ouvre le coffre. Il tire une troisième cartouche et là, je m'aperçois qu'il n'y a pas d'impact sur le mur. Bon... Je vais pas me laisser faire. J'avance vers lui et là il me met un coup de crosse sur le crâne. Il s'apprêtait à m'en mettre un deuxième et j'ai vu rouge. Je lui fonce dessus, il tombe par terre, son arme éclate et on arrive à l'immobiliser.
Qu'est-ce que vous vous êtes dit quand vous avez vu ce type ? Sur le coup, je pensais qu'on allait passer à la caisse. En revanche, le fait qu'il n'y avait pas d'impact lors de ses premiers coups de fusil, je me suis dit que c'était un truc à grenaille ou quelque chose de ce genre. J'allais pas me laisser faire. Ensuite on l'a immobilisé. Bon, je fais 80 kg, il en faisait 50 et quelques. Boum, étranglement, clé de bras et c'est fini.
Quelles ont été vos premières réactions ? La secrétaire avait les mains libres, donc ça tombait bien, elle a pu appeler les flics direct. Les gars des services municipaux qui surveillent le site sont vite arrivés avec une camionnette. Ils ont ramené des tendeurs. Au bout de 3-4 minutes,...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant