"Je ne vais quand même pas mettre un pétard dans le cul de Balthazar..."

le
0
"Je ne vais quand même pas mettre un pétard dans le cul de Balthazar..."
"Je ne vais quand même pas mettre un pétard dans le cul de Balthazar..."

Depuis jeudi soir, l'équipe de France compte un nouveau forfait : celui de Balthazar, le coq qui l'accompagne partout depuis 1998, suspendu par l'UEFA. Mais son propriétaire, Clément d'Antibes, n'a pas dit son dernier mot.

Tu es déjà à Metz, pour le match de samedi ?
Non. J'ai attrapé la crève, donc j'ai dû déclarer forfait. C'est bien, je suis dans l'ambiance de l'équipe de France. En plus, j'ai mon pote chef de gare qui m'a dit que je risquais d'être emmerdé pour rentrer, à cause des grèves. D'après lui, le mouvement va se durcir. Et j'ai quand même 11 heures de train.

Comment as-tu découvert que l'UEFA t'interdisait d'entrer dans les stades avec ton coq Balthazar, durant l'Euro ?
J'ai été invité à l'inauguration du musée de la FIFA, à Zurich, en février dernier, où Balthazar et moi-même sommes exposés. Donc là, j'en avais profité pour discuter avec Infantino. Pour éviter toutes les galères auxquelles je suis à chaque fois confronté pour faire entrer mon coq dans les stades. Je lui ai ensuite envoyé un courrier, manuscrit, sachant qu'il voyait qui j'étais, pour lui demander de prendre des dispositions afin que Balthazar puisse participer à l'Euro sans problèmes. La FIFA m'a répondu par un mail très courtois, dans lequel elle m'expliquait qu'il fallait que je m'adresse à l'UEFA. Et en rentrant de Nantes, où j'étais pour France-Cameroun, j'ai eu la surprise de recevoir un courrier de l'UEFA, dans lequel il était écrit, en gros : "Suite au courrier que vous avez adressé à Gianni Infantino au sujet de votre coq Balthazar, une initiative très sympathique, nous vous signifions que la présence d'un animal, quel qu'il soit, est interdite dans les stades. Nous vous déconseillons donc d'essayer de faire pénétrer votre coq dans un des stades de l'Euro 2016, sous peine de subir de graves sanctions." Ils me menacent d'interdiction de stade, quoi.

Tu as réagi comment ?
Ça m'a mis en rogne ! D'un côté, on dit que Balthazar et moi sommes des légendes - c'est ce qui est écrit au musée de la FIFA -, et de l'autre, on interdit à Balthazar d'assister à l'Euro. Avec Balthazar, j'ai vécu les plus belles pages du football français. 8 juillet 1998, 12 juillet 1998, 2 juillet 2000. A chaque fois, il était présent. Même si certes, j'avais à chaque fois un peu triché pour le faire rentrer, avec des méthodes parfois pas très catholiques. L'Euro se déroule en France, le coq est le symbole de la France, je suis très déçu.








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant