« Je ne l'ai jamais dit à ma femme »

le
0

Parmi les 400 témoignages de victimes de pédophiles recueillis ces derniers mois par l'association la Parole libérée, « plusieurs dizaines » ont été envoyés par des retraités. Plus d'un demi-siècle après avoir été salis par un homme d'Eglise, des septuagénaires, des octogénaires et même un nonagénaire ont ainsi pris la plume pour dénoncer des faits prescrits et sortir de leur silence.

 

Dans son courrier, Raymond, 93 ans, explique comment, à l'âge de 17 ans, il a été abusé par un abbé, son « directeur de conscience », qui l'a embrassé et « tripoté ». « Après la confession, il me serrait dans ses bras et plaquait sur ma bouche la sienne, épaisse, humide. [...] J'attendais avec impatience la fin de ce supplice. Certains de mes camarades m'ont avoué que je n'étais pas le seul », écrit-il.

 

Trois quarts de siècle plus tard, il a décidé de partager sa douleur pour la première fois. « Je ne l'ai jamais dit ni à mes parents ni à ma femme. Si j'ai attendu si longtemps, c'est que je me sentais un peu... complice », souligne-t-il.

 

Sortir du déni

 

François Devaux, l'un des fondateurs de la Parole libérée, voit dans toutes ces confidences d'aînés « à la fois une marque de courage et de soutien ».

 

« Bien sûr, les mots ont un effet libérateur, mais ce n'est pas une motivation en soi. Car ces personnes n'attendent rien de personnel, elles ne sont pas en quête de justice ni de reconnaissance de souffrances. Elles souhaitent juste participer à notre combat et à la prise de conscience de notre société. C'est une façon de nous dire : Vous avez raison, votre engagement est honorable », salue-t-il. Selon lui, ils agissent « dans un but de prévention », dans l'espoir qu'« on sorte du déni » pour « protéger les générations futures ».

 

De son côté, l'Eglise, à travers sa Conférence des évêques de France, a aussi reçu des témoignages de victimes très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant