"Je n'avais pas prévu de devenir coach de L1"

le
0
"Je n'avais pas prévu de devenir coach de L1"
"Je n'avais pas prévu de devenir coach de L1"

Un an après la montée des Bastiais au Stade de France pour la finale de la Coupe de la Ligue, on a été prendre des nouvelles de Ghislain Printant. Un homme quelque part entre Montpellier et Bastia, les vignes et la famille Nicollin mais surtout un amoureux du football.

Dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui ? Je suis déçu et frustré de ne pas avoir pu aller au bout de mon projet. On sait quand on endosse cet habit d'entraîneur que ça peut s'arrêter à tout moment, qu'on est à la merci des résultats, surtout avec une équipe qui joue le maintien. Mais mon éviction a été une surprise parce qu'il y avait une marge, j'étais dans le coup pour atteindre l'objectif. On l'a justifiée en me disant qu'il était important d'apporter un nouveau discours, mais je pense que les joueurs étaient concernés. Je n'ai jamais senti le groupe lâcher ou me lâcher.

C'est finalement votre adjoint qui a rempli l'objectif… Oui, ils ont voulu un souffle nouveau en prenant l'option du nouveau dans la continuité... C'est très douloureux quand on y met tout son cœur et l'investissement, mais no comment sur la forme de la rupture, je ne suis pas rancunier, mais j'ai des regrets. J'ai fait en sorte de ne pas trop écouter ou lire ce qui a pu se dire, pour tourner la page et digérer. L'autre chose - régulariser ma situation - est en négociation. On veut éviter un combat juridique. Tout va dépendre du comportement du club. Il me restait un an et demi de contrat, je suis en attente d'une proposition. Pour l'instant, je suis toujours salarié du club, donc je reste à Bastia, je suis tenu d'être là tant qu'on ne s'est pas entendu sur le solde de tout compte.

Comment espérez-vous rebondir ? Je n'avais pas prévu de devenir coach de L1, ni que ça se finisse comme ça. Là, je vais attendre un nouveau projet sportif, je suis en train de finaliser mon diplôme. Pour l'instant, je ne souhaite pas rebondir à la formation, après tout dépend de l'offre et de la demande. Adjoint ? Tout dépend de la personne, du club, du projet. Pour l'heure, j'ai envie d'être près des miens.

« Ma mère nous élevait, et c'était elle « la meneuse de col » . Elle était là au ramassage des raisins et je peux vous dire qu'elle était très performante et qu'elle nous faisait tirer la langue » [BR…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant