« Je construis ma seconde vie »

le , mis à jour à 06:03
11
« Je construis ma seconde vie »
« Je construis ma seconde vie »

Poussé à la démission en 2015 après un scandale sur son train de vie Thierry Lepaon a été chargé fin juillet par Manuel Valls d'une mission pour « préfigurer » la future Agence de la langue française pour la cohésion sociale. Son rapport, qui doit être remis le 30 octobre, fait déjà des vagues. La dizaine de salariés de l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme, présidé bénévolement par Marie-Thérèse Geffroy et dont la disparition est préconisée dans ce rapport, accuse Thierry Lepaon de vouloir faire main basse sur le poste de futur président. Après un an de silence, il s'explique.

 

Dans votre livre intitulé « La vie continue »*, vous accusez Manuel Valls d'avoir mis de l'huile sur le feu avant votre démission en 2015. Il n'est pas rancunier... et vous ?

THIERRY LEPAON. On s'en est expliqué, entre adultes et entre responsables. J'ai jugé utile de lui dire ce que j'avais vécu, comme je l'avais vécu.

 

Pourquoi vous avoir confié cette mission ?

Manuel Valls sait que ce sujet me tient à cœur. Enfant, j'ai moi-même été dans une situation proche de l'illettrisme et, depuis plus de vingt ans, je travaille sur ce problème. La CGT a toujours été très impliquée sur cette question qui est à la fois sociale, politique et économique. L'illettrisme touche près de 6 millions de personnes — dont une sur deux occupe un emploi — et seuls 2 % d'entre elles bénéficient d'actions de formation. Il est urgent de relever ce défi.

 

Dans votre prérapport, vous préconisez la disparition de l'agence actuelle chargée de l'illettrisme. Dans une lettre datée du 23 septembre, les salariés accusent « l'ex-secrétaire général de la CGT » de ne pas les prendre « en considération ». Que leur répondez-vous ?

Les décisions qui vont être prises ne sont pas celles de Thierry Lepaon, le rapporteur de la mission, mais celles du Premier ministre. Ma lettre de mission me demande ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.joly1 il y a 2 mois

    Quand on lit certains posts ci-dessous on voit bien que cette Agence de la langue française ne sera pas inutile.

  • boudet il y a 2 mois

    Camarades, il faudra bientôt tous apprendre le langage cégétiste et le parler obligatoirement !!

  • fquiroga il y a 2 mois

    sydicaliste ou politicard....voila la vie revée..... quelle ambition......

  • janaliz il y a 2 mois

    Les aparatchiks envahissent le paysage, et entre eux c'est solidarité des prébendeurs...

  • Alananas il y a 2 mois

    Elle est bas belle la vie de cégétiste. Non content d être un groupuscule politique appelé à tord syndicat, à la cgt la vie est belle : appartement refait à neuf gratuit et recasage dans un comité theodule, à nos frais bien entendu. Mais mettre un cégétiste même pas capable de compter le nombre de manifestants dans un défilé à un comité contre l illetrisme, il fallait oser.

  • roober il y a 2 mois

    Et son rapport va préconiser son embauche, elle est pas belle la vie ?

  • roober il y a 2 mois

    En fait à la question " Il n'est pas rancunier ... et vous " ? : il fallait lire " ben non c'est lui qui me paie " ...Il a été repêché par les copains car vous n'imaginez pas un instant qu'il existe un seul patron du privé qui serait assez Dbile pour embaucher un mec comme ça, non ? Il serait passé du statut d'inutile " à nuisible (et en plus il n'aurait pas eu un beau bureau) ...

  • aiki41 il y a 2 mois

    et oui b.renie, aux frais du contribuable ! et en plus à l'entendre on devrait le plaindre !

  • pcuquel il y a 2 mois

    scandale = promotion !

  • b.renie il y a 2 mois

    Je construis ma seconde vie dit Mr Lepaon Le problème est que c'est aux frais du contribuable. Les syndicalistes ne sont pour la plus part pas capables de faire des choses utiles pour l'ensemble du pays. Ce sont des corporatistes qui défendent les privilèges de qq millions de citoyens au détriment du reste de la population. Point final Il faudra que les syndicats fassent aussi le ménage chez eux. Le syndicalisme oui à condition qu'il soit constructif