"Je connais un violeur" : "C'est mon père, mon mari, mon oncle..."

le
1
La première marche des salopes organisée à Paris, en octobre 2011, pour protester contre le sexisme et la culpabilisation des victimes d'agressions sexuelles.
La première marche des salopes organisée à Paris, en octobre 2011, pour protester contre le sexisme et la culpabilisation des victimes d'agressions sexuelles.

"Ils étaient nos amis, nos partenaires, des membres de notre famille ou de notre entourage. Nous connaissons des violeurs : laissez-nous vous les présenter." Une invitation à venir découvrir l'horreur, la souffrance, la culpabilité, la solitude. "Je connais un violeur" est un tumblr lancé il y a moins d'un mois, et déjà plus de 800 témoignages y sont publiés. L'idée ? Déconstruire les fausses représentations sur le viol et les violeurs en invitant les victimes à dresser le portrait de leur agresseur plutôt qu'à raconter leur viol. On y croise un papa, un grand-père, un mari, "Alain mon oncle", "un coup de foudre de vacances", un collègue, "un prof de fac", un ami de la famille..."Les violeurs ne sont pas les autres." De nombreuses victimes en ont connu personnellement. En témoignant, chaque victime rend visible une réalité qui appartient au fantasme, explique Pauline, 27 ans, militante féministe à l'initiative du projet. "Je voulais montrer que le violeur n'est pas le type louche qui se terre dans un parking ou au coin d'une ruelle. Dans 80 % des viols, l'agresseur est connu de la victime, et dans 67 % des cas, le viol a lieu au domicile de la victime ou de l'agresseur." La douleur, la honte, la culpabilité L'ancienne étudiante à Sciences Po a reçu près de mille témoignages, qu'elle distille au fur et à mesure. Elle y consacre deux heures par jour, corrige les fautes d'orthographe sans mettre en forme, supprime les "détails crus pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • er3dw le mercredi 2 oct 2013 à 18:44

    les femmes exitent les mec par leur mini jupe décolltés extravagant et après elles se plaignent d'être harcelées. Marre du harcelement se xuelle des femmes. Les hommes sont pris par certaines femmes pour des sacs à s per m et des b ourses à po gnon