JCDecaux va réduire ses investissements au Royaume-Uni

le
0
JCDECAUX REVOIT À LA BAISSE SES INVESTISSEMENTS AU ROYAUME-UNI
JCDECAUX REVOIT À LA BAISSE SES INVESTISSEMENTS AU ROYAUME-UNI

par Gwénaëlle Barzic

(Reuters) - JCDecaux va réduire ses investissements au Royaume-Uni après le vote des Britanniques en faveur d'une sortie de l'Union européenne qui risque de peser sur les investissements publicitaires dans le pays, ont annoncé jeudi ses dirigeants.

Le numéro un mondial de la communication extérieure, qui a décroché le méga-contrat pour la publicité sur les abribus londoniens, va réduire le nombre de panneaux numériques qu'il prévoyait de déployer le temps de prendre la mesure des conséquences du Brexit.

"Les économistes prévoient un ralentissement de l'économie britannique qui sera plus prononcé en 2017 qu'en 2016 et comme le secteur de la publicité dépend fortement de la croissance économique, il est évident que la publicité va connaître des difficultés en 2017 sur le marché anglais", a expliqué le co-directeur général Jean-François Decaux.

"Nous sommes en train de revoir nos programmes d'investissements (...) et nous allons probablement repousser certains investissements en Angleterre afin de voir le réel impact du Brexit sur l'économie anglaise (...)", a-t-il ajouté lors d'une conférence téléphonique.

JCDecaux doit déployer un millier d'écrans digitaux dans les abribus de la capitale londonienne dans le cadre du plus gros contrat mondial de mobilier urbain.

Le groupe, contrôlé par la famille Decaux, souffre cependant de retards au démarrage avec seulement 200 écrans installés fin juin contre 500 prévus initialement, ce qui devrait peser sur le deuxième semestre.

PRUDENT POUR LE T3

JCDecaux, qui a réalisé 11,3% de ses revenus au Royaume-Uni sur la première partie de l'année, a toutefois souligné qu'il n'avait aucune intention de remettre en cause son contrat conclu avec l'opérateur britannique TFL, ajoutant que la demande était très forte pour ses équipements localisés notamment sur la très commerçante Oxford Street.

La société n'a enregistré aucune annulation de contrat dans le pays ces dernières semaines, ont souligné ses dirigeants.

Face aux incertitudes provoquées par le Brexit et compte-tenu du ralentissement de l'économie mondiale, JCDecaux a toutefois prévenu qu'il anticipait une croissance "modérée" pour le troisième trimestre, sans donner d'estimation chiffrée comme à son habitude.

Cette prudence a refroidi les investisseurs, faisant plonger de 6,34% le titre en Bourse à 10h38, la plus forte baisse du SBF 120.

"En matière de croissance organique, le consensus s'établit autour de 5,5%. Si le T3 ressort à 3% alors les attentes se reporteront sur le T4 qui affiche les bases de comparaison les plus élevées. Le consensus va probablement abaisser les estimations de croissance organique sous les 5%", estime Charles Bedouelle, analyste à Exane BNP Paribas.

Sur l'ensemble du premier semestre, JCDecaux a enregistré une croissance à données comparables du chiffre d'affaires de 6,6%, conforme aux attentes.

En revanche, sa marge opérationnelle affiche un recul plus marqué que prévu de 7,4% à 264,5 millions, sous l'effet du rachat de la société déficitaire Cemusa et des retards pris dans le déploiement du réseau londonien.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant