Javier Manquillo, enfin prêt à éclore ?

le
0
Javier Manquillo, enfin prêt à éclore ?
Javier Manquillo, enfin prêt à éclore ?

Considéré comme l'un des grands espoirs espagnols à son poste de latéral droit, Javier Manquillo n'a jamais vraiment confirmé les attentes au plus haut niveau depuis trois ans, la faute soit à la concurrence, aux blessures ou aux choix tactiques de Brendan Rodgers à Liverpool. Et si Marseille était le théâtre de l'explosion d'un futur crack ?

Javier Manquillo, c'est avant tout un gros CV : passé chez les jeunes du Real Madrid jusqu'à 13 ans, il a été formé à bonne école à l'Atlético Madrid par la suite. Suffisamment bien pour intégrer les sélections espagnoles des U16 jusqu'aux espoirs, remportant au passage le championnat d'Europe U19 en 2012. Prometteur, l'arrière droit découvre le groupe pro des Matelassiers à seulement 18 ans, disputant neuf matchs dont 3 de Ligue Europa lors de la saison 2012-2013. Lors de l'exercice suivant, après avoir disputé le Mondial U20 - élimination en quarts contre l'Uruguay - il goûte aux joies de la Ligue des champions lors d'une victoire en poules contre Porto (2-0), mais n'a pas la chance d'accompagner ses coéquipiers en finale : le 11 février 2014, il chute lourdement suite à un duel avec Cristiano Ronaldo lors d'un derby en Liga. Une fracture aux vertèbres met fin à sa saison et aussi provisoirement à sa carrière en Espagne. Car les dirigeants de l'Atlético, l'estimant trop tendre pour déloger Juanfran, décident de le prêter pour deux ans à Liverpool, histoire d'aider le grand espoir à devenir un grand joueur.

Goût d'inachevé à Liverpool


À son arrivée sur les bords de la Mersey, Brendan Rodgers se veut optimiste quant aux chances du jeune Espagnol de devenir un titulaire régulier : " Il est comme une éruption. Il est toujours sur les attaquants et difficile à passer. Il se porte bien vers l'avant et aime créer. " Chez les Reds, il évolue dans un registre assez strict, restreignant ses montées, tandis que son compatriote Moreno à gauche s'offre beaucoup plus de libertés. Ce qui ne l'empêche pas de s'attirer la sympathie d'Anfield, durant 10 matchs de Premier League, 4 de Ligue des champions et 2 autres de League Cup avant de disparaître ou presque des écrans radars après le Nouvel An.

À partir de 2015, Rodgers installe Emre Can sur le flanc droit et ne sort Manquillo de son placard que pour deux rencontres de FA Cup et une autre de Ligue Europa. La raison ? Un changement de système avec une défense à 3 qui oblige l'entraîneur liverpuldien à privilégier des joueurs plus offensifs dans ses couloirs selon la version officielle. Dans les faits, une large partie des supporters - favorables avant Noël à un transfert définitif - ne comprend pas pourquoi l'Ibérique est mis sur la touche. À l'annonce de la résiliation de son prêt de deux ans cet été, un sondage du site This is…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant