Japon : un pétrolier en flammes dérive à quelques kilomètres des côtes

le
0
Japon : un pétrolier en flammes dérive à quelques kilomètres des côtes
Japon : un pétrolier en flammes dérive à quelques kilomètres des côtes

L'image a fait le tour des médias au Japon. Un pétrolier nippon sans cargaison tanguait dangereusement ce jeudi à quelques kilomètres de la côte japonaise, après avoir été dévasté par une puissante explosion et un incendie qui ont fait plusieurs blessés graves parmi l'équipage. Les flammes ont produit une épaisse fumée noire qui est montée à plus d'une centaine de mètres au-dessus de la mer. 

Cette explosion a fait la une des principaux journaux télévisés au Japon et le Premier ministre lui-même, Shinzo Abe, a annoncé la nouvelle en plein débat au Parlement.  Les garde-côtes ont annoncé avoir récupéré sept des huit membres d'équipage, tous japonais, dont quatre ont été hospitalisés avec de graves brûlures. Le capitaine du Shoko-maru, âgé de 64 ans, restait porté manquant six heures après la déflagration malgré les recherches dans les eaux alentour.

Une violente explosion

Le sinistre s'est produit vers 09h30 locale (2h30 heure française), au moment où le bateau de 998 tonnes voguait à quelques encablures de Himeji, l'un des ports de la région industrielle du centre-ouest de la grande île de Honshu, en mer intérieure de Seto, une zone d'intense activité maritime.

«Il venait de décharger du pétrole dans un port de la préfecture de Hyogo et était quasiment vide au moment de l'accident», a raconté Akihiro Komura, un responsable de l'armateur, la compagnie maritime japonaise Syoho Shipping, avant d'ajouter :  «Apparemment le feu a commencé lorsqu'un marin a utilisé une meule pour retirer de la peinture. L'explosion s'est produite lorsque les flammes ont atteint le pétrole qui restait dans les cales».

Des risques de reprise

En milieu d'après-midi, des équipes d'urgence embarquées sur des vedettes continuaient d'arroser abondamment la carcasse de ce navire d'environ 80 mètres de long, carbonisé en son centre et dont seules la poupe et la proue semblaient avoir été quelque peu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant