Japon: prison avec sursis pour un ex-PDG d'Olympus et 2 dirigeants

le
0
Japon: prison avec sursis pour un ex-PDG d'Olympus et 2 dirigeants
Japon: prison avec sursis pour un ex-PDG d'Olympus et 2 dirigeants

Un tribunal de Tokyo a condamné mercredi à la prison avec sursis un ex-PDG d'Olympus ainsi que deux autres anciens dirigeants de cette firme nippone d'appareils photo et endoscopes, malgré des requêtes plus sévères du procureur.Tsuyoshi Kikukawa et deux autres anciens dirigeants d'Olympus ont été jugés coupables de malversations comptables ayant permis de dissimuler d'importantes pertes financières durant des années. Le scandale avait éclaté fin 2011 après les révélations d'un patron étranger de la firme.Le procureur avait requis en mars cinq ans de prison ferme contre M. Kikukawa, ex-figure d'Olympus accusée d'avoir joué un rôle central dans le maquillage des comptes du groupe.Finalement, M. Kikukawa, 72 ans, s'en tire avec 3 ans de prison avec sursis assortis d'une période de probation de 5 ans, a déclaré à l'AFP un porte-parole du tribunal.Ses deux complices, le directeur général adjoint Hisashi Mori et le contrôleur de gestion Hideo Yamada, écopent quant à eux respectivement de 2,5 ans et 3 ans d'emprisonnement avec sursis avec une durée de mise à l'épreuve de 4 et 5 ans."Le montant énorme (des dissimulations) est inédit. Cela a sapé la confiance nationale et internationale dans le marché" japonais, avait insisté un procureur.Les accusés avaient plaidé coupables et présenté leur défense en avril.La firme Olympus a pour sa part été condamnée mercredi par ce même tribunal à une amende de 700 millions de yens (5,5 millions d'euros), contre 1 milliard de yens requis. Le groupe avait déjà dû s'acquitter d'une sanction de 191,82 millions de yens décidée en juillet 2012 par l'Agence des services financiers.L'affaire Olympus avait débuté mi-octobre 2011 avec le renvoi manu militari du PDG britannique Michaël Woodford, officiellement limogé six mois après sa nomination en raison de "méthodes de travail inadaptées". La réalité était cependant différente.Au grand dam des autres membres du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant