Japon: les maniaques du baladeur et leurs exigences acoustiques

le
0
Japon: les maniaques du baladeur et leurs exigences acoustiques
Japon: les maniaques du baladeur et leurs exigences acoustiques

Le célèbre et révolutionnaire Walkman avait libéré le son hors les murs, aujourd?hui les Japonais qui marchent en musique veulent plus: carrément une acoustique de salle de concert. L'audiophilie mobile est en plein boom sur l?archipel.Il a beau être installé au 5e étage d'un bâtiment étroit, dans une petite rue excentrée du quartier d'Akihabara à Tokyo, le magasin e-earphone ne désemplit pas.Spécialisée dans les casques audio et appareils pour audiophiles nomades, cette petite boutique aligne pas moins de 4.000 produits. La raison de son succès ? "Un bouche à oreille dû à l'engouement de plus en plus de Japonais exigeants pour la haute qualité musicale en balade", explique Nobuyuki Matsuda, un dirigeant de cette véritable "caverne d?Audio-Baba"."Avant, le son était un loisir et un plaisir de salon: on achetait religieusement chaque élément de sa chaîne hi-fi", rappelle Koji Nageno, un chef-ingénieur du son de Sony, mais aujourd'hui, grâce au premier Walkman en 1979 et à toutes les gammes de baladeurs ensuite, "la musique s'écoute plus encore à l'extérieur et dans une qualité qui s'amplifie au fil des ans". Même si l'on trouve des écouteurs à 100 yens (moins d'un euro), de plus en plus de gens sont prêts à débourser 500, 1.000 ou même 5.000 fois plus pour des modèles haut de gamme,assure M. Matsuda. "On a pas mal d'acheteurs du casque allemand Ultrasone Edition 5 à 525.000 yens (3.725 euros)", assure-t-il.Et de préciser: "le prix moyen des écouteurs et casques achetés chez nous est de 15.000 yens (une centaine d'euros)".- Pas seulement pour la frime -Dans les hypermarchés de l'électronique et de l'électroménager, comme la chaîne Bic Camera, l?audio mobile haut de gamme a désormais son rayon spécial, preuve que ce marché ne concerne plus seulement les maniaques du son mais un public plus large, du quinquagénaire amateur de jazz et classique au jeune féru ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant