Japon : le petit Yamato, un cas d'école ?

le
0
Takayuki Tanooka, le père de Yamato Tanooka.
Takayuki Tanooka, le père de Yamato Tanooka.

La fin aurait pu être tragique, mais, heureusement, le petit écolier japonais de 7 ans, Yamato Tanooka, a été retrouvé sain et sauf vendredi matin après six jours sans nouvelles. Il avait été sorti de voiture et laissé sur le bord de la route par ses parents, en pleine forêt de Hokkaido, région septentrionale du Japon. « Shitsuke » (« pour le discipliner »), a dit son père, qui n'a d'ailleurs pas employé le mot « batsu » (« punition »).

L'histoire a fait le tour de la planète, appuyant l'idée bien ancrée à l'étranger que l'éducation au Japon est d'une extrême sévérité. Certains ont estimé que c'est peut-être cette éducation « à la dure » qui a permis à l'enfant, en tenue estivale, de survivre pendant près d'une semaine dans un environnement frais la nuit et humide, en ne buvant que de l'eau.

Mais la plupart des Japonais sont tombés des nues en apprenant le cas du petit Yamato. Il est courant que des parents s'éloignent de quelques dizaines de mètres de leur enfant en leur disant « si tu n'obéis pas, je te laisse là tout seul », ce qui suffit souvent à calmer leur progéniture. Mais peu osent le faire descendre de leur voiture et rouler 500 mètres avant de faire demi-tour, et ce, même s'il est infernal.

Discipline ou maltraitance ?

« Je suis né pendant la guerre, en plus de sept décennies, jamais je n'ai vu ou entendu de cas pareil », confie un père...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant