Japon-Le Parlement vote un budget record pour l'exercice 2016-17

le
0
    TOKYO, 29 mars (Reuters) - Le parlement japonais a voté 
mardi un budget record de 96.720 milliards de yens (761 
milliards d'euros) pour l'exercice fiscal 2016-2017 débutant le 
1er avril, alors que se profile un nouveau report de la hausse 
de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). 
    Soucieux de soutenir une économie qui s'est contractée au 
quatrième trimestre 2015, le Premier ministre Shinzo Abe a voulu 
maximiser les dépenses prévues par le budget annuel 2016-2017, 
tout en se réservant la possibilité d'adopter un collectif 
budgétaire, surtout si un report de la hausse de la TVA est 
décidée. 
    La loi de finances a reçu le feu vert définitif de la 
chambre haute de la Diète, où le parti libéral-démocrate (PLD) 
au pouvoir détient une confortable majorité. 
    Des sources ont dit à Reuters que le gouvernement de Shinzo 
Abe, qui doit trouver un difficile équilibre entre soutien à 
l'économie et viabilité d'un endettement public de quelque 200% 
du produit intérieur brut (PIB), commence à réfléchir à la fois 
à un report de la hausse de la TVA et à un collectif budgétaire. 
    Shinzo Abe devrait prendre une décision sur ces sujets aux 
alentours du sommet du G7 des 26 et 27 mai prévu à Shima dans le 
centre du Japon. Il aura alors eu le temps d'analyser les 
statistiques sur le PIB du premier trimestre, attendues le 18 
mai, qui pourraient, selon certains économistes, montrer une 
nouvelle contraction de l'activité. 
    "Si le gouvernement décide de relever la TVA, le collectif 
budgétaire devrait être de l'ordre de 10.000 milliards de yens. 
S'il reporte la hausse, les mesures de soutien devraient être de 
moindre ampleur, de l'ordre de 5.000 milliards de yens", a 
déclaré Kiichi Murashima, économiste chez Citigroup Global 
Markets. 
    Une première hausse de la TVA, qui est passée alors à 8%, 
est intervenue en avril 2014 et le Premier ministre avait alors 
dit qu'elle serait suivie d'une autre, censée la porter à 10%. 
    Mais ce tour de vis fiscal avait pesé plus que prévu sur la 
consommation des ménages, plongeant la troisième économie 
mondiale dans la récession malgré un collectif budgétaire de 
5.500 milliards de yens qui avait été adopté au préalable pour 
amortir le choc. 
    Cela avait alors conduit Shinzo Abe à annoncer un premier 
report du passage à 10%, fixant cette échéance à avril 2017 
contre un calendrier initial d'octobre 2016. 
    Le budget 2016-2017 est caractérisé par une hausse marquée 
des dépenses de prestations sociales dans un contexte de 
vieillissement rapide de la population japonaise. 
    Le gouvernement japonais a pu financer cette hausse grâce à 
une augmentation des recettes fiscales et aux coûts d'emprunts 
rendus très bas par la politique monétaire ultra-accommodante de 
la Banque du Japon. 
    Dans le processus menant à l'approbation du budget, Shinzo 
Abe n'est pas intervenu dans le débat public sur l'opportunité 
de mesures de soutien supplémentaires, ne voulant pas 
compromettre le vote du texte. 
 
 (Tetushi Kajimoto, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux