Japon : le groupe Sea Shepherd dénonce la capture d'un dauphin albinos

le
0
Japon : le groupe Sea Shepherd dénonce la capture d'un dauphin albinos
Japon : le groupe Sea Shepherd dénonce la capture d'un dauphin albinos

Un spécimen rare de dauphin de Risso albinos a été capturé durant le weekend par des pêcheurs japonais dans la petite localité de Taiji, ont dénoncé mardi les écologistes du groupe Sea Shepherd. L'organisation de défense des droits des animaux surveille cette baie du sud-ouest du Japon, où la campagne annuelle de chasse au dauphin s'est ouverte début septembre. Elle dénonce l'abattage des dauphins ou leur capture en vue d'être vendus à des aquariums.

D'après Sea Shepherd, le dauphin albinos a été acculé dans la baie dimanche par les pêcheurs avant d'être capturé vivant. Un autre dauphin albinos de Risso avait été capturé à Taiji il y a environ 10 mois, selon l'organisation. «C'est horriblement triste de voir un autre dauphin albinos capturé par les meurtriers de Taiji», a déclaré Karen Hagen, porte-parole des volontaires qui surveillent la chasse. «Ces animaux rares, uniques et magnifiques vont passer le restant de leurs jours dans de petits aquariums et feront des tours pour obtenir de la nourriture», a-t-elle ajouté.

On aperçoit le dauphin arrimé le long du bateau /AFP

Pour l'instant, les pêcheurs ont abattu environ 170 dauphins de Risso, d'après Sea Shepherd. La campagne dure jusqu'en février. Les opposants à cette pratique diffusent en direct sur internet des images de la baie isolée, dans laquelle les pêcheurs acculent les dauphins, une pratique mise en lumière en 2010 dans le documentaire «The Cove», couronné d'un Oscar.

Les partisans de ce mode de chasse, jugé révoltant à l'étranger, arguent qu'il s'agit d'une tradition et soulignent que les animaux ciblés ne sont pas des espèces menacées, une position partagée par le gouvernement japonais. Ils disent aussi que les Occidentaux sont des hypocrites qui ferment les yeux sur le grand nombre de vaches, cochons et moutons sacrifiés pour satisfaire l'appétit des consommateurs. Les opposant rétorquent qu'il n'y a pas de demande pour la chair de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant