Japon-La confiance des entreprises en berne, pression sur la BoJ

le
0
    * L'indice "tankan" en baisse à +6 contre +12 
    * L'investissement des grandes entreprises attendu en baisse 
sur 2016-2017 
    * La pression s'accroît sur Abe et sur la BoJ 
 
    par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto 
    TOKYO, 1er avril (Reuters) - La confiance des grands 
industriels japonais est au plus bas depuis près de trois ans et 
devrait se détériorer encore au deuxième trimestre, montre 
vendredi le rapport trimestriel de la Banque du Japon (BoJ). 
    Ce rapport, dit "tankan", augmente la pression sur le 
Premier ministre Shinzo Abe et la Banque du Japon (BoJ), dont 
les initiatives se révèlent impuissantes à relancer une économie 
stagnante. 
    Le gouvernement pourrait devoir reporter à nouveau une 
hausse de la TVA prévue pour l'an prochain. Quant à la BoJ, 
pourtant déjà très accommodante, elle pourrait avoir recours dès 
ce mois-ci, selon des analystes, à de nouvelles mesures de 
soutien au crédit et à l'activité. 
    "Il y plus de 50% de chances pour que la BoJ envisage de 
nouvelles mesures d'assouplissement dès ce mois-ci", estime 
ainsi l'économiste Mari Iwashita (SMBC Friend Securities). 
    Le gouverneur de la banque centrale, Haruhiko Kuroda, a 
déclaré jeudi qu'il n'existait ni limite ni obstacle à la 
politique monétaire de l'institution, qui avait surpris les 
marchés en janvier en faisant passer l'un de ses taux en 
territoire négatif.   
    L'indice mesurant le niveau de confiance des grandes 
entreprises manufacturière est ressorti à +6 au mois de mars, au 
plus bas depuis juin 2013, contre +12 il y a trois mois, indique 
l'enquête "tankan". Les économistes interrogés par Reuters 
tablaient sur un indice à +8.   
     
    INVESTISSEMENTS EN BAISSE 
    Les grandes entreprises prévoient de réduire leurs dépenses 
d'investissement de 0,9% au cours de l'exercice fiscal qui 
débute ce vendredi, davantage donc que ce que laisse entrevoir 
la prévision médiane des économistes, qui s'inscrit à -0,7%. 
    "Le ralentissement des économies émergentes, en premier lieu 
la Chine, affecte la confiance des entreprises, surtout les 
grosses, qui sont directement exposées aux difficultés de 
l'économie mondiale", commente un responsable de la BoJ.     
    L'activité dans le secteur manufacturier japonais s'est 
contractée en mars à un rythme inédit en trois ans, en raison 
notamment d'une chute des nouvelles commandes à l'exportation, 
montrent parallèlement les résultats définitifs de l'enquête 
mensuelle Markit/Nikkei auprès des directeurs d'achat. 
  
    L'indice PMI s'est établi à 49,1 en données corrigées des 
variations saisonnières, un chiffre conforme à la version 
"flash", après 50,1 en février. Il retombe ainsi en-dessous de 
la limite de 50 qui sépare contraction et expansion. 
    "Ces chiffres confirment la très grande prudence des 
entreprises japonaises", analyse Mari Iwashita, qui ne voit 
aucune raison laissant espérer une amélioration du moral des 
entrepreneurs dans les mois à venir. 
 
 (Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant