Japon-Kiuchi (BOJ) met en doute l'objectif de 2% d'inflation

le
0

par Leika Kihara AOMORI, Japon, 3 septembre (Reuters) - L'objectif de la Banque du Japon (BoJ) de ramener l'inflation à 2% ne sera vraisemblablement pas atteint dans les deux ans et demi à venir a dit l'un des membres de son comité de politique monétaire qui a estimé que le ralentissement économique chinois constituait un risque majeur pour la croissance mondiale. Takahide Kiuchi, qui est un ancien économiste de marché, a dit que l'inflation avait été réduite par la faiblesse de la confiance des consommateurs mais aussi des exports affectés par le ralentissement chinois. Il a toutefois exclu que les problèmes rencontrés par la Chine provoquent une crise financière mondiale. "Avec un marché immobilier chinois qui montre des signes de reprise et des autorités prêtes à prendre des mesures (de soutien à l'activité), je m'attends à une stabilisation de l'économie (chinoise) au fil du temps", a-t-il dit à des journalistes en marge d'une rencontre avec des chefs d'entreprise. Takahide Kiuchi, qui est l'un des membres du comité de politique monétaire qui s'inquiètent du gonflement du bilan de la BoJ, s'en est tenu à sa seule proposition de ralentir les achats d'actifs et de se donner plus de temps pour atteindre l'objectif d'une inflation à 2%. "La hausse des prix à la consommation n'atteindra vraisemblablement pas 2% même au cours de l'exercice fiscal 2017", qui prendra fin en mars 2018, a-t-il prévenu. "Je pense que l'objectif de 2% est nettement au-dessus du niveau compatible avec la croissance potentielle actuelle du Japon", a-t-il dit, ajoutant qu'il était difficile d'atteindre un tel objectif si les efforts de la BoJ n'étaient pas accompagnés de réformes structurelles permettant d'accroître la productivité. Tout en reconnaissant le marasme de l'économie japonaise, Takahide Kiuchi s'est dit opposé à de nouvelles mesures de stimulation monétaire en raison du peu d'effet qu'elles auraient sur la croissance. "Se concentrer trop étroitement sur la hausse des prix n'a pas de sens", a-t-il dit. L'économie japonaise s'est contractée au deuxième trimestre et l'inflation est retombée à zéro en juillet, accentuant la pression sur la BoJ pour de nouvelles mesures de stimulation monétaire afin de tenir son engagement de ramener l'inflation à 2% l'an aux alentours de septembre 2016. Son gouverneur Haruhiko Kuroda s'est dit confiant dans le fait que l'inflation est en bonne voie pour atteindre l'objectif. Mais, certains des membres du comité de politique monétaire, dont Kiuchi, en doutent, tout comme de nombreux économistes du secteur privé. Takahide Kiuchi est toutefois le seul membre du comité à plaider en faveur d'un ralentissement du programme d'achat d'actifs par la BoJ, estimant que ses inconvénients comme l'assèchement de la liquidité du marché obligataire dépassent ses avantages. (Marc Joanny pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant