Japon: Google condamné à effacer des données de son moteur de recherche

le
0
Japon: Google condamné à effacer des données de son moteur de recherche
Japon: Google condamné à effacer des données de son moteur de recherche

Un tribunal japonais a condamné cette semaine Google à supprimer des informations associant le nom d'un homme à un crime qu'il n'a pas commis, à la suite d'une décision européenne proclamant le "droit à l'oubli", ont rapporté des médias vendredi.Ce tribunal de Tokyo a ordonné au groupe américain d'effacer environ la moitié des 237 liens vers des pages internet qui apparaissent quand on entre le nom du plaignant dans le moteur de recherche.Selon le requérant, ces résultats suggèrent qu'il a été impliqué dans un crime, ce qui constitue une menace à son mode de vie actuel et compromet sa vie privée, a expliqué le journal Asahi Shimbun.Le juge lui a donné raison en estimant que certains de ces résultats portaient "atteinte à ses droits personnels". "Google, qui opère le moteur de recherche, a l'obligation de les supprimer", a-t-il dit dans son injonction, soulignant que le plaignant "avait subi des dommages tangibles du fait de ces données" qui ont sali sa réputation.Il s'agirait de la première décision de ce genre au Japon. Par le passé, Google a déjà été condamné par la justice de différents pays à supprimer des résultats de recherche dans le cas de pages diffamatoires, par exemple.Elle intervient quelques mois après un arrêt de la Cour de justice européenne de Luxembourg défendant le droit à l'oubli numérique. La juridiction a estimé mi-mai que les particuliers avaient le droit de faire masquer des moteurs de recherche les liens vers des pages comportant des informations personnelles périmées ou inexactes.Des experts internet avaient alors fait part de craintes de dérives, car son application pourrait s'avérer difficile et conduire à une censure d'Internet, annonçant un gigantesque casse-tête pour Google.Le groupe a mis en ligne un formulaire sur ses sites européens dans la foulée. Il a reçu à ce jour plus de 135.000 demandes portant sur 470.000 pages: des demandes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant