Japon: faire de l'automobiliste un surhomme pour réduire les accidents

le
0
Japon: faire de l'automobiliste un surhomme pour réduire les accidents
Japon: faire de l'automobiliste un surhomme pour réduire les accidents

La perception de la route par le conducteur ne saurait garantir sa sécurité au volant. Pour pallier les déficiences humaines, les électroniciens japonais imaginent maintes technologies visuelles, auditives, tactiles et même olfactives."Une ambulance arrive sur votre gauche au prochain croisement", prévient le pare-brise de la voiture. Le chauffeur comprend: il doit ralentir, céder le passage. S'il n'avait pas été averti, il aurait peut-être pilé au dernier moment au risque de se blesser. En bardant une voiture de caméras, radars, capteurs, micros et autres composants électro-sensibles capables de communiquer avec l'ordinateur de bord local ou avec un système plus large impliquant un réseau de véhicules, on confère à l'automobile des facultés que l'homme n'aura jamais. Tout concentré qu'il soit au volant, il sera naturellement toujours incapable de voir à 360 degrés et encore moins de remarquer le cycliste ou le camion situé derrière un bâtiment au carrefour suivant.Ces technologies présentées au Salon des transports intelligents de Tokyo peuvent avoir pour objectif de rendre la conduite semi-automatique, un concept que développent notamment les constructeurs Nissan, Toyota et Honda, mais elles peuvent aussi la rendre plus rationnelle sans enlever au chauffeur la sensation que c'est lui qui perçoit et décide, bien au contraire."Le but de nos équipements est de permettre de conduire de façon instinctive avec un minimum d'actions en maximisant les capacités humaines innées", explique le fabricant d'autoradios et systèmes de radionavigation Pioneer, lequel veut "faciliter la conduite dans une position décontractée avec une perception naturelle de la situation".Exemple: en projetant sur le pare-brise des données sur la direction à prendre, la présence d'un passant sur le bas-côté à 50 mètres et la vitesse du véhicule, le conducteur dispose d'un surcroît de données visuelles que son cerveau prend ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant