Japon : En pensant à 2019...

le
0
Japon : En pensant à 2019...
Japon : En pensant à 2019...

Vingt-quatre ans après son unique succès en Coupe du monde et quatre ans avant d'accueillir (peut-être) le monde, le Japon, qui participe au grand concert planétaire depuis le premier Mondial, rêve d'une qualification en quarts de finale. La présence d'Eddie Jones sur le banc sera-t-elle suffisante ?

 

PARCOURS EN COUPE DU MONDE
1987 : 1er tour
1991 : 1er tour
1995 : 1er tour
1999 : 1er tour
2003 : 1er tour
2007 : 1er tour
2011 : 1er tour

CALENDRIER
19/09 (à 17h45 - Brighton) : Japon - Afrique du Sud
23/09 (à 15h30 - Gloucester) : Japon - Ecosse
03/10 (à 15h30 - Milton Keynes) : Japon - Samoa
11/10 (à 21h - Gloucester) : Japon - Etats-Unis                         


Capitale : Tokyo
Superficie : 378 000 km²
Population : 127 103 388
Hymne : Kimi ga yo (écoutez ici) 

Fédération créée en 1926
Classement WorldRugby (07/09/15) : 13eme
Nombre de licenciés
: 107 673
Nombre de clubs : 3 620
Emblème : la fleur de cerisier
Surnoms : The Cherry Blossoms, The Brave Blossoms
Site internet : www.rugby-japan.jp
Twitter : @JRFURugby
Couleurs : rouge, noir et blanc

Pour préparer 2019...

Le rugby japonais est en pleine expansion. De là à voir les Brave Blossoms passer le premier tour, il y a un pas que peu d’observateurs n’osent imaginer. Il sera néanmoins intéressant de suivre cette équipe pétrie de talents et qui prépare doucement la prochaine Coupe du monde dans son pays, même si des doutes sont apparus récemment. L’an prochain déjà, le Japon disposera d’une équipe en Super Rugby, l’occasion de faire franchir un nouveau palier aux joueurs asiatiques. Car depuis l’arrivée du prestigieux sélectionneur australien Eddie Jones en 2012, qui s’est constitué un staff de qualité, les résultats du Japon sont en constante progression. Le Japon, qui n'a gagné qu'un match en Coupe du monde en 1991 face au Zimbabwe et qui reste sur deux nuls face au Canada lors des deux dernières éditions, a surtout passé un cap mental en battant des équipes comme le pays de Galles en 2013 et l’Italie en 2014. Le World Rugby ayant annoncé que le Japon ne pourrait être qualifié d’office en tant que pays hôte dans quatre ans, il faut donc dès maintenant se préparer à la qualification. Une victoire serait bien, deux, une superbe performance, trois un exploit.

Le joueur à suivre : Fumiaki TANAKA

Au Japon, Fumiaki Tanaka est une vraie star. Il faut dire qu’un Japonais qui remporte le Super 15, ça n’arrive pas tous les jours. Le demi de mêlée du Japon a en effet soulevé le précieux trophée le 4 juillet dernier à Wellington sous les couleurs des Highlanders. L’ancien joueur de la franchise japonaise des Panasonic Wild Knights est d’ailleurs considéré aujourd’hui comme l’un des cinq meilleurs demis de mêlée au monde. Rien que ça ! Ce qui épate, c’est sa capacité à éjecter les ballons. Il n’y a guère de joueur à sa mesure sur ce point-là si l’on excepte Will Genia. Il lui manque peut-être encore de rigueur tactique mais sa vivacité et sa technique compensent largement. Cette Coupe du Monde devrait lui permettre de se montrer un peu plus qu’en Super 15 où son temps de jeu reste réduit. Quatre ans avant d’organiser la Coupe du Monde sur ses terres, le Japon veut continuer d’apprendre. Avec Fumiaki Tanaka, elle dispose d’un joueur d’une rare qualité. À Kyoto, son lieu de naissance, on en est déjà convaincu : Tanaka sera le héros des Brave Blossoms.

Le sélectionneur : Eddie JONES

A la tête de la sélection japonaise depuis 2012 en remplacement de John Kirwan, Eddie Jones a beaucoup voyagé avant de prendre en main la nation de sa maman, nipponne. L’Australien de 55 ans (vice-champion du monde, toujours en tant que sélectionneur, avec les Wallabies en 2003, puis consultant lors du sacre de l’ennemi sud-af quatre ans plus tard) devra préparer une nation qui accueillera sa première Coupe du monde dans quatre ans.

LES 31 JAPONAIS
Avants (17)
: Kensuke Hatakeyama (Suntory Sungoliath), Hiroshi Yamashita (Kobelco Steelers), Masataka Mikami (Toshiba Brave Lupus), Keita Inagaki (Panasonic Wild Knights) , Shota Horie (Panasonic Wild Knights), Takeshi Kizu (Kobelco Steelers), Hiroki Yuhara (Toshiba Brave Lupus), Hitoshi Ono (Toshiba Brave Lupus), Shoji Ito (Kobelco Steelers), Shinya Makabe (Suntory Sungoliath), Luke Thompson (Kintetsu Liners), Justin Ives (Canon Eagles), Michael Broadhurst (Ricoh Black Rams), Ryu Koliniasi Holani (Panasonic Wild Knights), Hendrik Tui (Suntory Sungoliath), Michael Leitch (Toshiba Brave Lupus), Amanaki Lelei Mafi (NTT Shining Arcs)

Arrières (14) : Fumiaki Tanaka (Panasonic Wild Knights), Atsushi Hiwasa (Suntory Sungoliath), Harumichi Tatekawa (Kubota Spears), Kosei Ono (Suntory Sungoliath), Yu Tamura (NEC Green Rockets), Craig Wing (Kobelco Steelers), Male Sau (Yamaha Jubilo), Kotaro Matsushima (Suntory Sungoliath), Toshiaki Hirose (Toshiba Brave Lupus), Karne Hesketh (Munakata Sanix Blues), Akihito Yamada (Panasonic Wild Knights), Kenki Fukuoka (Tsukuba Univ.), Yoshikazu Fujita (Waseda Univ.), Ayumu Goromaru (Yamaha Jubilo)

 

Avec la collaboration du magazine OVALE

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant