Japon: des "pom-pom girls" robotiques dansent pour vanter l'électronique

le
0
Japon: des "pom-pom girls" robotiques dansent pour vanter l'électronique
Japon: des "pom-pom girls" robotiques dansent pour vanter l'électronique

Montées chacune sur un ballon, en formation synchrone, des "pom-pom girls" robotiques ont présenté jeudi à Tokyo un court spectacle qui n'a qu'un but: prouver la précision des composants électroniques de la société qui les a créées.Mini robe rouge, coupe au carré, les "cheerleaders" de Murata Manufacturing sont des créatures purement promotionnelles qui ne seront jamais vendues et n'ont aucune utilité opérationnelle."Avec ces robots, nous voulons juste prouver que l'électronique est quelque chose de performant et de réjouissant", souligne Yuichi Kojima, directeur général adjoint de Murata, une firme de 48.000 salariés vieille de 70 ans qui produit divers types de puces, des condensateurs et autres composants.A l'instar d'un précédent petit robot cycliste (Murata Seisaku-kun), ces pom-pom girls sont uniquement là pour montrer concrètement à quoi servent divers types d'éléments électroniques dont l'aspect n'est en lui-même pas expressif et à propos desquels les explications techniques sont complexes."Elles sont chacune hissées sur une balle et tiennent seules en équilibre très stable grâce à trois gyrocapteurs", détaille Koichi Yoshikawa, ingénieur et responsable de la communication de Murata. Ce genre de composants est présent par exemple dans les appareils photo numériques pour la fonction de stabilisation d'image.Sur fond de musique, ces 10 danseuses programmées forment successivement une file indienne, une pyramide, tournent sur elles-mêmes et ajustent sans cesse leur mouvement pour éviter la chute."Si elles penchent vers l'avant, elles vont avancer pour se rattraper, même chose à l'arrière, vers la gauche et la droite, avec une vitesse différente en fonction du degré d'inclinaison", poursuit M. Yoshikawa."Elles sont aussi synchronisées et capables de se maintenir à égale distance sans jamais se bousculer", précise-t-il. "On peut penser à diverses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant