Japon: campagne électorale en ligne, du business pour les firmes du Net

le
0
Japon: campagne électorale en ligne, du business pour les firmes du Net
Japon: campagne électorale en ligne, du business pour les firmes du Net

"Netto senkyo", élections sur internet: pour la première fois au Japon des candidats vont avoir le droit de faire campagne en ligne, et ce à l'occasion des sénatoriales du 21 juillet. Les prestataires de cyberservices se frottent les mains et les partis draguent déjà l'électorat jeune."Chouette, les élections en ligne commencent. Allez voter!", s'est exclamé mercredi sur Twitter le patron de la galerie marchande virtuelle Rakuten, Hiroshi Mikitani, un de ceux qui militent depuis des années pour qu'enfin le Japon se mette à l'unisson des autres nations démocratiques.Lors des précédentes campagnes nationales ou régionales, les sites internet, les blogs, les comptes Twitter ou Facebook des partis et de leurs candidats se figeaient deux semaines avant le vote.Les politiciens en étaient réduits à sillonner les villes à bord de camionnettes bardées de hauts-parleurs, à s'époumoner devant les gares et centres commerciaux juchés sur le toit du véhicule, et à distribuer des tracts dans les rues. Ce cirque électoral va certes continuer, mais couplé à une campagne virtuelle. Grand adepte de Facebook, le Premier ministre de droite Shinzo Abe s'est employé dès son retour au pouvoir en décembre dernier à faire adopter une loi pour que les prochaines sénatoriales puissent aussi se jouer en ligne. Ce scrutin est crucial pour son Parti Libéral-Démocrate (PLD) actuellement en butte à une opposition, certes éparpillée, mais majoritaire à la chambre haute. A la mi-juin, toutes les formations politiques avaient soutenu la levée de l'interdit qui ringardisait le Japon. Les prestataires de services en ligne attendaient avec impatience ce moment: jusqu'à présent, ce sont les imprimeurs d'affiches, tracts et banderoles qui raflaient la mise (près de 50.000 euros par campagne et par candidat). Désormais ces derniers vont devoir compter avec les agences de pub en ligne, les sociétés de suivi de contributions sur les sites ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant