Japon/Budget-Pas d'excédent primaire en vue pour l'exercice 2020

le
0

TOKYO, 22 juillet (Reuters) - Le gouvernement japonais a admis mercredi qu'il n'atteindrait pas son objectif d'un retour à un excédent budgétaire primaire lors de l'exercice clos en mars 2020. Les conseillers économiques du Premier ministre Shinzo Abe ont publié des directives qui donnent la priorité à la relance de la croissance et laissent de côté les objectifs de réduction des dépenses publiques, alors que le Japon a le ratio dette/PIB le plus élevé du monde industrialisé avec un niveau d'endettement près de deux fois supérieur à sa production nationale. Le secrétariat général du gouvernement, qui aide à coordonner la politique économique, a dit s'attendre à ce que l'inflation n'atteigne pas l'objectif de 2% en 2016 retenu par la Banque du Japon du fait de la faiblesse des cours du pétrole. Il prévoit que le déficit budgétaire primaire (hors service de la dette) atteigne 6.200 milliards de yens (45,8 milliards d'euros) ou 1,0% du produit intérieur brut à l'horizon de 2020. En février, une précédente prévision situait le déficit primaire à 1,6% du PIB en 2020. L'amélioration reflète la hausse récente des recettes fiscales mais l'objectif d'un budget à l'équilibre n'y est toujours pas. La prévision pour l'inflation lors de l'exercice clos en mars 2016 a été ramenée de 1,8% à 1,6%, alors que le gouverneur de la Banque du Japon Haruhiko Kuroda se dit toujours optimiste quant à son objectif de 2% au premier semestre de l'exercice 2016. Le secrétariat général voit ensuite l'inflation accélérer à 3,1% lors de l'exercice 2017, mais cela serait dû en grande partie à la hausse de la TVA programmée à ce moment-là. La hausse des prix à la consommation se stabiliserait après cela autour de 2%. (Stanley White, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux