Japan Airlines : les vols Tokyo-Paris suspendus jusqu'au 15 mars

le
0
Japan Airlines : les vols Tokyo-Paris suspendus jusqu'au 15 mars
Japan Airlines : les vols Tokyo-Paris suspendus jusqu'au 15 mars

Après les attentats de Paris du 13 novembre, la compagnie aérienne Japan Airlines avait vu le taux d'occupation de ses avions diminuer de l'ordre de 40%, soit environ la moitié de son remplissage habituel. En conséquence, la JAL avait décidé le 15 décembre de suspendre sa liaison entre l'aéroport de Tokyo-Narita et Paris. Cette mesure vient d'être étendue jusqu'au 15 mars.

«Depuis les événements tragiques de novembre, nous avons constaté l'annulation de près de 28 000 séjours», a souligné récemment Jungo Kikuma, vice-président de l'association japonaise des agents de voyage (Jata). Et même si l'hiver est une période de faible fréquentation, la saison touristique à partir d'avril ne se présente pas bien non plus.

En attendant, seuls les vols Paris-Haneda (le deuxième aéroport de Tokyo) sont maintenus, malgré un taux d'occupation également en baisse (60% en moyenne).

Un manque à gagner pour l'hôtellerie, le commerce, les sites touristiques

Cette annonce de JAL est évidemment un véritable coup dur pour le tourisme. Selon l'étude la plus récente de la Direction générale des entreprises (DGE), la France a accueilli 800 000 visiteurs japonais en 2014. Parmi les 398,2 millions de nuitées en hébergement marchand comptabilisées par les offices de tourisme de l'Hexagone, 4,3 millions ont été réservées par une clientèle japonaise. Un chiffre en légère augmentation entre 2013 et 2014, confirmant une croissance quasi-constante.

Plus largement, l'impact des attentats reste encore très présent. Selon une étude du cabinet MKG Hospitality, le manque à gagner en termes de chiffre d'affaires pour le secteur hôtelier en France pourrait être de l'ordre de 270 millions d'euros entre novembre et mars 2016, soit l'équivalent du chiffres annuel global des hôtels. Les hôtels parisiens comptabiliseraient à eux seuls 146 millions d'euros de pertes. Les pertes pour les entreprises de commerce ou les sites touristiques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant