Janet Yellen a-t-elle raison d'avoir tort ?

le
0

Les "Fed watchers" adorent scruter la moindre inflexion de la communication de la banque centrale américaine. Ces observateurs de la politique monétaire de la Réserve fédérale dissèquent avec gourmandise la moindre modification de fond du discours de son président, de son ton ou de son vocabulaire ou même de sa mise en scène. L'évocation par Janet Yellen, le 6 mai dernier, en marge d'une conférence sur la place de la finance dans l'économie, d'une cherté générale des actions n'a pas surpris que les spécialistes.

La présence inhabituelle de Christine Lagarde à cette conférence donnait l'illusion d'une démarche commune de la Réserve fédérale et du Fonds monétaire international, excusez du peu, pour dénoncer une prétendue bulle spéculative. Alors que, sauf peut-être par un hochement de tête, la directrice générale du FMI ne s'est pas exprimée sur ce sujet. Et ce n'était d’ailleurs pas le thème principal de cette manifestation.

Entendons-nous bien, nul ne contestera à Janet Yellen le droit de s'exprimer sur le niveau atteint par la Bourse. Encore que la surveillance du niveau du marché des actions ne relève pas, sauf erreur, des prérogatives de la banque centrale. Bien entendu, ses missions qui sont d’assurer le meilleur niveau de croissance et d'emploi compatibles avec une stabilité de l'évolution monétaire, impliquent le maniement d’instruments monétaires qui influencent les marchés financiers et,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant