Jan Jongbloed, le "buraliste volant"

le
0

Dans l'équipe des Pays-Bas emmenée par Johan Cruijff qui atteignit la finale de la Coupe du monde en 1974, il y avait, dans les bois, un certain Jan Jongbloed. Un gardien aussi atypique que son parcours.

Jan Jongbloed aurait pu juste avoir son quart d'heure de gloire, cher à Andy Warhol. C'était le 26 octobre 1962. Jan a 22 ans, et fait sa toute première apparition avec le maillot des Pays-Bas. Il rentre pour les dernières minutes d'un match amical face au Danemark, alors que son équipe est déjà menée 4-1. Il a le temps de faire un bel arrêt avant que l'arbitre ne siffle la fin. Il ne sera plus sélectionné par la suite, et retombera dans l'anonymat. Ces quelques minutes sous le feu des projecteurs auraient pu être les seules de sa carrière. Mais douze ans plus tard, le sélectionneur néerlandais, Rinus Michels, va en décider autrement.

Pêche, numéro 8 et bureau de tabac


À l'aube du Mondial 1974, Rinus Michels doit faire ses choix. Lors d'un match amical face à l'Argentine, il décide de rappeler en sélection Jan Jongbloed, qui évolue à l'époque au FC Amsterdam. Le portier revient ainsi en équipe nationale, douze ans après sa première sélection. Il a désormais 34 ans. Et va se retrouver projeté au poste de titulaire en quelques semaines. En effet, Jan van Beveren, le gardien du PSV Eindhoven, et accessoirement meilleur portier du pays, va se faire dégager des cages des Oranje. La raison ? Ce syndicaliste dans l'âme aurait demandé à ce que tous les internationaux néerlandais touchent la même rémunération, alors que la Fédé avait prévu de donner une grosse partie à ses stars, dont Johan Cruijff et Neeskens. Dommage.

Voilà donc Jongbloed dans les cages de l'une des meilleures équipes au monde, à quelques encablures du Mondial, devant des gardiens pourtant plus renommés comme Schrijvers de Twente et Treytel de Feyenoord. Une surprise pour tout le monde. Les Néerlandais découvrent alors un gardien au profil original, passionné avant tout de pêche, et qui ne possède qu'un contrat semi-professionnel, puisqu'à côté de son métier de footballeur, il est également gérant d'un bureau de tabac. Mais Rinus Michels a été conquis par ses caractéristiques. D'un point de vue tactique, le sélectionneur a fait reculer en défense Arie Haan, milieu de terrain de profession, et avait donc besoin d'un gardien qui puisse quasiment jouer au poste de libero. Lorsque le Mondial 1974 débute, Jongbloed, numéro 8 sur le dos (!), est parfois moqué pour sa dégaine et ses interventions maladroites. Pourtant, force est de…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant