James Dashner se lance dans le cyberespace

le
0
James Dashner se lance dans le cyberespace
James Dashner se lance dans le cyberespace

Une vague de suicides effraie le VirtNet, mi-jeu vidéo mi-réseau social. « Le Jeu du maître », une dystopie haletante conçue par l’auteur du « Labyrinthe ».

par Léo Landon

Le Jeu du maître (The Eye of Minds), de James Dashner, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Guillaume Fournier, Pocket Jeunesse, 288 p., 16,90 €.

Le 15 mars, AlphaGo, le programme d’intelligence artificielle créé par la firme britannique Google DeepMind, terrassait le Sud-Coréen Lee Sedol, considéré comme l’un des meilleurs joueurs de go au monde depuis deux décennies ; ce jeu est pourtant plus imprévisible et moins logique que les échecs. Impossible de ne pas relier cet événement au thème d’une technologie « magnifique et terrifiante » qu’explore l’écrivain américain James Dashner dans Le Jeu du maître, début d’une nouvelle trilogie baptisée La Doctrine de la mortalité, après le succès ­mondial de celle qui l’a rendu célèbre  : L’Epreuve. Celle-ci s’est écoulée, en France, à près d’un million d’exemplaires, et ses deux premiers tomes ont été adaptés au cinéma par Wes Ball sous le titre Le Labyrinthe (2014) et Le Labyrinthe. La Terre brûlée (2015). Agrégeant, aux Etats-Unis, une immense communauté de lecteurs, la « Dashner Army », le romancier change de cadre, pour ne pas réécrire « une autre histoire se passant dans un futur postapocalyptique », a-t-il expliqué au « Monde des livres » lors d’un passage à Paris. « Le monde virtuel me passionne. Je voulais en montrer les beautés et les malédictions. Il devient tellement proche de la vie que nous ne pouvons presque plus faire de différence. Cela va nous jouer de sacrés tours. »

Aux confins de la folie Ainsi...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant