Jaguar réédite ses mythiques "lightweight"

le
0
L'expression la plus sportive de la célèbre Type E, reconstruite par Jaguar lui-même sur les spécifications d'époque. Six exemplaires seulement à vendre !
L'expression la plus sportive de la célèbre Type E, reconstruite par Jaguar lui-même sur les spécifications d'époque. Six exemplaires seulement à vendre !

Sacrilège ou idée d'un petit génie du marketing, iconoclaste au point de ne pas respecter l'oeuvre d'origine pour en faire un fac-similé actuel ? C'est sûr que Jaguar va faire parler de lui dans le petit Landerneau de la collection. Il va reconstruire, à l'identique, des Type E "lightweight" en leur accordant l'une des six plaques châssis constructeur qui en feront des objets à l'histoire insolite, sans doute pas aussi inestimables que la fameuse E2A qui l'a précédée (voir notre article), mais tout de même. Une démarche insolite, car ces six plaques étaient destinées à des voitures jamais assemblées d'une série qui devait en compter dix-huit. Douze sont en effet sorties des ateliers compétition de Jaguar, onze en 1963 et une seule a été livrée en 1964. Et sur le total, il n'y en a qu'une qui a disparu, ce qui concentre la convoitise des collectionneurs, toujours à l'affût d'un bon placement sur une voiture historique, sur quelques exemplaires seulement. Que va-t-il advenir de cette valeur marchande, souvent au delà du million de livres (1.224.000 euros) aujourd'hui évaluée par les seules enchères des grandes maisons spécialisées ? Tout est à craindre avec cette concurrence inattendue orchestrée par Jaguar lui-même. Car des copies, il en circule déjà des dizaines, de type C ou D et de Type E "Lightweight" assemblées par des ateliers spécialisés anglais qui en ont fait une spécialité. Ces voitures ont même une cote respectable et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant