Jacques Villeret, ce footballeur total

le
0
Jacques Villeret, ce footballeur total
Jacques Villeret, ce footballeur total

Acteur génial et regretté, Jacques Villeret faisait aussi des merveilles sur les terrains de football, où il s'imposait grâce à sa puissance et à sa vision du jeu. Ceux qui ont chaussé les crampons avec lui se souviennent, entre hommage ému, nostalgie de la camaraderie d'antan, et comparaisons un brin flatteuses.

François Pignon n'a qu'une seule mission, très simple. Appeler son pote du ministère Lucien Cheval, contrôleur fiscal, pour récupérer l'adresse de Pascal Meneaux, chez qui la femme de Pierre Brochant pourrait avoir trouvé refuge. Mais dès la première seconde du coup de fil, Lucien Cheval joue la provoc', avec son jogging et sa canette de Kro à la main : "Alors, comment il va ce soir monsieur l'Auxerrois ?". La conversation s'envenime, et 30 secondes plus tard François Pignon raccroche violemment. "Ho, mais quel connard ce type ! Aux chiottes l'OM ! Aux chiottes l'OM !". Témoin de la scène, Juste Leblanc est fasciné : "Non mais il est hors concours celui là !". La scène est mythique, et Jacques Villeret, Thierry Lhermitte et Francis Huster écrivent l'une des plus belles pages de la comédie française. Mais avant d'utiliser un match de football comme prétexte à des gags dans Le dîner de cons, Villeret et Huster avaient déjà partagé des moments forts autour d'un ballon, entre amis, sur un terrain, ou devant une télé. "On a vécu ensemble la chose la plus extraordinaire, la demi-finale France-Allemagne de 82. On était dans la maison de campagne de Jacques. C'était extraordinaire, la seule fois où j'ai vu Villeret grandiose de colère et de rage", se souvient Francis Huster. Jacques Villeret était en effet un fou de football, toujours prêt à en discuter et, plus étonnant vu son gabarit, à aller planter quelques buts. Francis Huster développe : "Il jouait des rôles où il était bedonnant ou grassouillet, mais rien à voir avec la puissance qu'il avait. C'était un excellent joueur, un demi-centre avec un regard sur tout ce qu'il se passait dans la partie, très technique".

Jacques Puskàs


Le football, Villeret le découvre dans la petite ville de son enfance, à Loches, en Indre-et-Loire. Son père adoptif, Raymond Villeret, solide milieu de terrain de l'équipe du coin, l'emmène trainer sur les terrains et Jacques y sera lui même licencié quelques années plus tard, avant de s'envoler pour Paris et le Conservatoire. Il y rencontrera certains de ses futurs coéquipiers, Francis Huster ou André Dussollier. Nous sommes au milieu des années 70, et la carrière au cinéma de Villeret n'a pas encore vraiment décollé. Il est malgré tout un membre régulier des équipes de célébrités de football et même de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant