Jacques Passy : "Si on va à la Gold Cup, c'est comme si Andorre se qualifiait pour l'Euro"

le
0
Jacques Passy : "Si on va à la Gold Cup, c'est comme si Andorre se qualifiait pour l'Euro"
Jacques Passy : "Si on va à la Gold Cup, c'est comme si Andorre se qualifiait pour l'Euro"

Jacques Passy, actuel sélectionneur de Saint-Christophe-et-Niévès, est un ancien ami de Johan Cruyff qui a fait grimper cette petite sélection de la 115e à la 77e place au classement FIFA en moins d'un an et demi. Entretien belle île en mer.

Après avoir foiré sa carrière dans L'Entraîneur ou Football Manager, viré lamentablement par Angers ou Raon-l'Étape, qui ne s'est jamais tapé un délire en prenant en main Saint-Marin, le Liechtenstein ou les îles Turques-et-Caïques ? Le Mexicain, Jacques Passy, a réalisé ce rêve en devenant sélectionneur de Saint-Christophe-et-Niévès. Ce petit pays des Antilles, composé de deux îles et plus connu pour les sprints de Kim Collins que pour son football, a troqué la culture de la canne à sucre pour le tourisme, l'exil fiscal et, apparemment, le football, puisque qu'il a l'occasion de se qualifier pour la première Gold Cup de son histoire. Pour cela, la bande à Passy devra terminer première d'un groupe comprenant la Guyane et Haïti (le match prévu ce mardi a été finalement annulé en raison de l'ouragan Matthew, ndlr). Rencontre avec le coach des Sugar Boyz qui est aussi directeur de l'institut Johan Cruyff à Mexico.



Salut Jacques, comment va ? Vous êtes actuellement en Guyane, c'est ça ?
Enfin ! Le voyage a été très très long. Presque 48 heures. La Guyane et le Mexique, où j'habite, ne sont pas connectés par avion. J'ai donc pris un vol du Mexique jusqu'à Miami, puis un autre vers la Barbade, puis la Martinique pour finalement arriver en Guyane. C'était un voyage interminable.

Comment se retrouve-t-on sélectionneur de Saint-Christophe-et-Niévès ?
Je participais à un congrès sur le football à la Barbade il y a plus d'un an et demi et j'ai rencontré à cette occasion le président de la Fédération de Saint-Christophe-et-Niévès. On a parlé pendant quinze minutes et il m'a proposé directement le poste de sélectionneur. J'ai accepté.

Comme ça, sur un coup de tête ?
Oui. On a parlé quinze minutes et on a trouvé un accord… C'est incroyable, hein ?

Qu'est-ce qui t'a convaincu dans ce projet ?
J'ai fait toute ma carrière au Mexique et je recherchais une opportunité internationale. C'est sûr que dans mon esprit, à la base, je ne pensais pas à Saint-Christophe-et-Niévès… Quand je suis arrivé, j'ai découvert un petit pays avec un potentiel immense, mais sans aucune organisation. Le niveau était très faible, mais le talent…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant