Jacques Myard : «Sans dialogue avec Damas, ce sera le chaos en Syrie et au Liban»

le
2
Jacques Myard : «Sans dialogue avec Damas, ce sera le chaos en Syrie et au Liban»
Jacques Myard : «Sans dialogue avec Damas, ce sera le chaos en Syrie et au Liban»

Ce voyage a déclenché les foudres au plus haut sommet de l'Etat. « Il s'agit [...] d'une rencontre entre des parlementaires français qui ne sont mandatés que par eux-mêmes et un dictateur à l'origine d'une des plus graves guerres civiles de ces dernières années. » François Hollande a condamné fermement le déplacement effectué en Syrie, mercredi et jeudi, par les députés Jacques Myard (UMP) et Gérard Bapt (PS), le sénateur de centre droit François Zocchetto et son collègue Jean-Pierre Vial (UMP). Même anathème de la part du Premier ministre, Manuel Valls, pour qui Bachar al-Assad, le président syrien, est un « boucher ». Tandis que Nicolas Sarkozy a ironisé sur ces « quatre gugusses », assurant que lui n'y serait pas allé, et que François Bayrou, le président du MoDem, a qualifié l'équipée syrienne des parlementaires de « bricolage irresponsable », de « puériles improvisations ». Dans une tribune publiée hier par « le Monde » et « Al-Hayat », Laurent Fabius et Philip Hammond, les chefs des diplomaties française et britannique, ont, quant à eux, réaffirmé que Bachar al-Assad « ne peut pas être l'avenir de la Syrie », car il représente « l'injustice, le désordre et la terreur ». Ils s'inquiètent de « la démarche d'auto-réhabilitation » lancée selon eux par le président syrien.

De retour de Syrie et du Liban, jeudi après-midi, Jacques Myard nous a accordé un entretien. Ce franc-tireur de l'Assemblée et du groupe UMP est connu pour ses positions souverainistes. Il estime que la reprise du dialogue avec Damas est la seule solution qui permettrait de repousser la montée en puissance des mouvements jihadistes en Syrie et au Liban.

Pourquoi cette mission ?

JACQUES MYARD. Cela faisait un certain temps que des parlementaires, de droite comme de gauche, notamment au sein de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, avaient fait part au ministre des Affaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer le samedi 28 fév 2015 à 10:31

    sans leurs dictateurs, ces pays passent aux mains des islamistes, alors mieux vaut un bon vieux dictateur

  • frk987 le samedi 28 fév 2015 à 10:10

    Pour une fois que des députés font leur boulot en ayant une approche objective du problème de l'EI......et oui ça passe par la Syrie, et sans l'horrible dictateur...comme disent ces....du gouvernements, le problème serait pire.