Jacob, quand un syndicaliste agricole entre en politique

le
0
LEUR PREMIÈRE CAMPAGNE - L'ex-président des Jeunes Agriculteurs a fait ses premières armes électorales lors de la campagne présidentielle de Chirac, en 1995, avant de succéder à Peyrefitte comme député de Seine-et-Marne puis maire de Provins.

Chiraquien pur sucre, Christian Jacob s'est engagé en politique grâce à l'ancien chef de l'État. À la tête d'un élevage de vingt-sept vaches laitières près de Provins (Seine-et-Marne), ce fils et petit-fils d'agriculteurs enracinés à droite fait la connaissance de Jacques Chirac en 1988. Il a vingt-neuf ans. Le courant passe entre l'ancien ministre de l'Agriculture, énarque, et le syndicaliste agricole, muni d'un simple BEP, plus habitué à la castagne qu'aux ors de la République. En 1994, Chirac fait de lui un député européen. En 2002, il en fera son ministre.

Mais le vrai baptême du feu électoral de Christian Jacob, c'est la présidentielle de 1995. Une aventure pour une poignée de jeunes qui n'ont rien à perdre, et tout à apprendre. Tous les mardis matin, Patrick Stefanini, directeur de campagne de Jacques Chirac, réunit les «bébés Chirac». Il y a là François Baroin, Jean-François Copé, Philippe Briand, Renaud Muselier et Christian Jacob.

L'année de to...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant