Jacky Lorenzetti : « Les entraîneurs ont été énormes »

le
0

Au prix d’une finale rocambolesque, le Racing 92 s’est adjugé le Bouclier de Brennus en prenant le meilleur sur Toulon (29-21). C’est un Jacky Lorenzetti soulagé qui est apparu dans les couloirs du Camp Nou. La président du club francilien tire un grand coup de chapeau à son duo d’entraîneurs, Laurent Travers et Laurent Labit.

C’est incroyable de l’emporter malgré le carton rouge de Maxime Machenaud... Finalement, nous allons faire des économies la saison prochaine, nous allons jouer à 14 et sans demi de mêlée, c’est encore mieux (sourire). En effet, il a fallu que les cœurs soient bien accrochés ces temps-ci. Après Toulouse, Clermont et là, avec la sortie de Maxime (Machenaud ndlr) relativement justifiée car le plaquage cathédrale y était. Le contexte empêchait l’arbitre de prendre une autre décision. Cela nous a handicapés. Finalement, nous avons repensé au Stade Français l’année dernière qui nous a humiliés chez nous à 14 contre 15. Donc nous nous sommes fédérés, nous avons conspiré tous ensemble et nous avons réussi à renverser cet ogre toulonnais. Êtes-vous fier ce soir ? Je suis fier pour mes joueurs, pour mes entraîneurs et pour mes supporters qui étaient nombreux. Il y avait du Bleu et Blanc tout de même. Il n’y avait pas que des Espagnols ou des Toulonnais donc cela fait plaisir aussi. Je suis également fier pour le club.

Jacky Lorenzetti : « Notre but est de continuer à exister au plus haut-niveau »

La route a été longue pour remporter un titre... La route a été longue car nous avons choisi de la faire en côte. C'est-à-dire que nous avons décidé de fonder le Racing 92, de jouer sur le long terme, de mettre des fondations avec le club house et l’Arena 92 qui va arriver l’année prochaine. Cela va être exceptionnel, vous ne pouvez pas vous imaginer. Il faudra aller la visiter. Tout cela s'est construit. Cela a demandé un peu plus de temps que prévu mais nous allons voir la saison prochaine si nous digérons bien ce titre et si nous pouvons continuer à exister au plus haut-niveau. C’est notre but. Les entraîneurs ont même gagné tactiquement. Que retenez-vous de leur coaching ? Je suis fier pour les entraîneurs qui ont fait un super boulot. Tactiquement, ils ont été énormes. Ne pas remplacer le n°9 et mettre l’ailier (Juan Imhoff ndlr). Je me suis dit « mais qu’est-ce qu’ils font ? ». Ce n’est pas possible, quand j’ai vu Juan prendre le ballon et le mettre en mêlée comme Maxime Machenaud, je me suis dit c’est le monde à l’envers. Ils ont fait un super coaching. Ils font partie des meilleurs entraîneurs français et pourquoi pas du monde. C’est exceptionnel ! Ils l’ont fait avec Castres. Certains avaient dit qu’ils ne sauraient pas gérer des stars et puis ils se sont bien débrouillés avec Dan Carter et tous les autres. Ce sont de grands bonhommes en plus d’être des gens extraordinaires. Cela compte aussi l’humain. Avec notre envoyé spécial à Barcelone, Julien Chalouette.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant