J.Plisson : " Je me sens plus grand "

le
0
J.Plisson : " Je me sens plus grand "
J.Plisson : " Je me sens plus grand "
Entré à la mi-temps contre l'Italie dimanche, Jules Plisson a brillé au pied et a montré de belles choses dans le jeu. Après la victoire, le demi d'ouverture du Stade Français n'a pas caché sa joie de retrouver les Bleus après un an d'absence en sélection, et a expliqué avoir beaucoup mûri.

Jules Plisson, on vous imagine très heureux de ce retour réussi en équipe de France ?
J'étais déjà content de faire partie du groupe des 23 pour préparer ce match, et je suis très heureux d'avoir pu rentrer pour apporter ma touche. En plus on gagne... Ça faisait un an presque jour pour jour que je n'avais plus joué avec les Bleus, et je reviens dans un autre état d'esprit, je veux juste profiter et m'éclater sur le terrain.

Ce n'était pas prévu que vous rentriez si tôt, et avec la blessure de Camille Lopez vous entrez dès la mi-temps...
Oui malheureusement Camille Lopez s'est blessé assez vite au genou. C'est comme si je commençais le match puisque j'ai eu la mi-temps pour me préparer. C'est plus facile d'entrer comme ça plutôt qu'en cours de jeu. Je suis content d'avoir renoué avec la victoire et d'avoir retrouvé ce maillot bleu.

Vous êtes-vous senti à l'aise dans le schéma de jeu ?
Le schéma de jeu, je le connais déjà, il n'a pas changé. Moi je me sens plus grand par rapport à l'année dernière, j'ai un peu plus de repères. Je n'ai pas peur de prendre des initiatives, d'annoncer des choses. Aujourd'hui ça a bien marché donc tant mieux mais ce sera un autre match le week-end prochain.

« C'était une volonté de proposer un style de jeu agréable »

Dès votre entrée, vous avez du tirer une pénalité de 40 mètres. Etait-ce compliqué ?
C'est mon job d'essayer d'être le plus régulier au pied. Après, le vent était un peu tourbillonnant donc j'avoue qu'à 40 mètres face aux poteaux, je me suis dit « frappe là sans te poser de questions ». Au final, elle passe bien et ça m'a mis en confiance.

A 19-0, vous avez préféré tenter inscrire trois nouveaux points plutôt que de chercher la touche, pourquoi ?
19-0, ça va très vite. On peut se prendre deux essais coup sur coup et on n'est pas sûr de marquer sur « pénaltouche »... Après, on a essayé de creuser l'écart et quand il y a plus de 20 points on peut se permettre de jouer des ballons qu'on ne joue pas d'habitude par rapport à une certaine sécurité. Je crois qu'on s'est quand même pas mal libérés sur ce match. On a produit du jeu, on a essayé de se faire des passes, on marque autant d'essais que sur l'ensemble du Tournoi. C'était une volonté de tout le monde de proposer un style de jeu agréable pour nous sur le terrain et pour ceux qui regardaient le match.

« Toute la pression que j'ai eue la saison dernière, je ne l'ai plus »

Vous auriez pu débuter ce match mais Philippe Saint-André vous a préféré Camille Lopez...
Oui, j'étais à deux doigts de débuter ce match mais c'est normal qu'ils (ndlr : les entraîneurs) aient privilégié Camille Lopez qui a enchaîné les matchs, qui connait mieux le groupe que moi. Je me suis dit que j'allais essayer d'apporter un petit plus en entrant. Et au final, malgré la blessure de Camille, c'est comme si j'avais commencé le match.

Vous postulez à une place de titulaire contre l'Angleterre...
Je ne sais pas du tout. Contrairement à l'année dernière, je prends plus mon temps, je peux être plus précis sur mes annonces et connaitre très bien le projet. J'y vais petit à petit, je ne sais pas ce qui serait fait la semaine prochaine mais en tout cas, je suis prêt malgré mon nez cassé. Je travaille avec mes entraîneurs au Stade Français, j'ai travaillé avec Romain Teulet pendant deux semaines, je me sens bien, et encore une fois, toute la pression que j'ai eue la saison dernière, je ne l'ai plus, ça s'est vu contre l'Italie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant